mardi 29 juillet 2014

Chronique : Contrecoups de Nathan Filer


Contrecoups de Nathan Filer. (Genre : Jeunesse, Drame).

Editions : Michel Lafon
Prix : 19,95€ (Partenariat)
Année de parution française : 2014 (Sortie le 28 août)
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : The Shock of the Fall.

  .Résumé : Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps… Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.


  .Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les éditions Michel Lafon de m’avoir envoyé le livre en ENC. C’est preuve d’une grande confiance et j’en suis flatté. Je crois que cette chronique va être difficile à écrire tant cette lecture m’a perturbé. A vrai dire, je ne saurai dire si j’ai aimé, bien que ma note finale soit supérieure à la moyenne… En tout cas, la couverture est originale et le résumé m’avait tenté d’une manière forte. Mais je dois dire que j’ai eu quelques déconvenues lors de ma lecture.

  .Pour ma part, le début a été un peu long à démarrer. Il m’a fallu 50-60 pages pour bien m’immerger dans le roman. Une fois dépassé ce palier, ma lecture s’est faite plus facile et je me suis totalement imprégné de ce qu’on me racontait. L’auteur pose ses bases, nous présente les personnages importants et m’a rendu curieux à cause des questions que je me posais au fil des évènements.

  .En ce qui concerne les personnages, seuls Matthew et Simon m’ont véritablement plu. Matthew est le personnage principal auquel on s’attache bien qu’il y ait tout de même une distance. Sa maladie le rend vraiment complexe au niveau psychologique et il est parfois difficile de le suivre. On sent une personne torturée, sa maladie ne l’a pas épargné tout comme les évènements de sa vie qui en découlent. Mais Matthew intériorise, garde tout en lui, se pose de nombreuses questions et personnellement, il a failli me rendre fou. C’est là où l’auteure a su le rendre travaillé. Simon est le grand frère de Matthew et même s’il n’est pas beaucoup présent on va le découvrir à travers les souvenirs de ce dernier. Et même si Simon est atteint d’une maladie, il est attachant par son côté simple et aimant.

  .En ce qui concerne le rythme, il faut que je vous prévienne de suite. Si vous comptez lire ce livre, ne vous attendez pas à un livre d’actions pures. Il n’est en aucun cas cela et bien au contraire. C’est un livre totalement psychologique, qui est basé sur un personnage qui doit faire le deuil de son frère. Le rythme est plus mis en avant dans l’acheminement du deuil de Matthew, des différentes étapes de sa vie. L’auteur a réussi à mettre en avant les évènements de la vie de tous les jours d’un enfant/ado/adulte et à le faire progresser malgré sa maladie.

  .Ce livre est assez spécial somme toute. Il a réussi à me déstabiliser par son histoire, par les émotions contradictoires qu’il a pu me faire ressentir. Je me suis senti souvent mal à l’aise en lisant le récit de Matthew. Sa maladie fait que le lecteur se sent enfermé dans sa tête, une sorte de huis clos atroce où on se pose énormément de questions sur l’évolution de sa maladie et de ce qu’il va devenir dans le futur. Et justement, moi qui m’attendais à pleurer ou à ressentir plus de choses, je ne sais pas si cela m’a plu. Je n’ai pas été préparé à ce que la lecture se passe ainsi, donc attention !

  .En ce qui concerne l’écriture de Nathan Filer, je l’ai apprécié mais c’est en partie grâce/ou à cause d’elle que je me suis senti mal à l’aise. C’est à travers sa plume que toute la noirceur du livre s’exprime et nous rend à notre tour fou mentalement. En fait, en finissant le livre, je me suis dit que je m’étais tellement immergé dans l’histoire à la place de Matthew, que j’ai été un peu déboussolé comme il l’est, perdu. L’histoire m’est apparue parfois tellement flou ou incongrue… En tout cas la fin m’a beaucoup plu notamment par la note d’espoir et par le fait que Matthew ait tellement grandit psychologiquement.

  .Enfin, je vous recommande ce livre parce qu’il faut le découvrir. Plusieurs avis d’autres blogueurs doivent arriver donc restez attentifs. C’est une histoire spéciale sur la maladie où le personnage principal est attachant et à la fois déroutant. L’auteur installe une espèce de huis clos psychologique qui ne nous permet pas d’extérioriser nos émotions et ça en devient oppressant. En tout cas, un bon rythme et une bonne écriture font que ce roman est à découvrir…

.Ma note : 7,5/10

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

12 commentaires:

  1. Malgré ton avis en demi teinte, ça m'intrigue quand même.
    Merci pour ta chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut le lire et se faire son propre avis ! J'ai aimé c'est sur mais bon très spéciale comme lecture...
      De rien ;)

      Supprimer
  2. Un avis mitigé mais un résumé qui me tente quand même :)
    Bonnes lectures à toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je ne sais pas si c'est mitigé ou positif ! Le côté déstabilisant est la source de mon trouble mais je pense que c'est ce que l'auteur a voulu transmettre...
      J'espère qu'il te plaira :)
      Bonne lecture également !

      Supprimer
  3. Coucou ! J'ai entendu de très bonnes choses sur ce livres sur les chaînes anglophones de YouTube. Une question : certes tu avais les épreuves non-corrigées donc la mise en page n'est peut-être pas définitive, mais est-ce que parfois certains passages lorsque le personnage écrit à 19 ans, sont imprimés comme "tapés à la machine à écrire" ? Ça serait cool s'ils avaient conservé la mise en page originale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Oui il y avait une mise en page spéciale quand Matthew écrivait à la machine à écrire, il y avait même des illustrations ;)

      Supprimer
  4. Houlala.. Ca pourrait m'intéresser, mais avec la rentrée qui arrive bientôt, j'aimerai bien rester loin de tout ce qui touche à la psychologie encore un peu haha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pas de souci mdrr ^^
      J'espère que si tu le lis il te plaira :)

      Supprimer
  5. Je tenterais peut être de lire car je suis assez intriguée par ce livre. Après faudra voir si le style me plait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style est bon mais c'est vrai qu'il est particulier !

      Supprimer
  6. Ce livre a l'air vraiment...glauque ! Je ne sais pas si j'ai envie de le lire ou pas : d'un côté, je suis très intriguée par le résumé et ton avis, d'un autre, ça me fait un peu peur ce que tu as pu ressentir :/ A voir donc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que je ferai une vidéo "Pourquoi lire ?" sur ce livre ;)
      C'est vrai qu'il est spécial !

      Supprimer