lundi 9 mars 2015

Chronique : Un nouveau jour de Sarah Rayner


Un nouveau jour de Sarah Rayner. (Genre : Contemporain).

Editions : Michel Lafon
Prix : 17,95€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Another night, another day.

  .Résumé : Karen, veuve depuis peu et mère de deux jeunes enfants, doit surmonter la mort de son père. Abby, épuisée par le quotidien auprès de son fils autiste, est en instance de divorce. Michael, fleuriste, a été contraint de déposer le bilan. Leurs trois destins se croisent quand, à bout de souffle, ils se réfugient derrière les portes d’une clinique psychiatrique de Brighton. Là-bas, grâce aux groupes de pareils et aux liens noués avec d’autres pensionnaires, ils reprennent pied dans l’existence et retrouvent le goût des plaisirs de la vie. Mais comment préserver cet équilibre quand la vie est si imprévisible ?


  .Les éditions Michel Lafon me font parfois découvrir de beaux livres. De part le thème abordé ou par l’originalité qui en ressort, je repousse à chaque fois mes retranchements pour ne pas lire que mes genres de prédilections. Ce fût le cas avec le livre de Sarah Rayner. La couverture est tout à fait attirante pour le lecteur. Et le résumé est assez spécial tout en donnant envie de commencer la lecture. Franchement, j’ai passé un bon moment de lecture.

 .Le livre est divisé en plusieurs parties. Dans la première on va apprendre à connaître nos personnages dans leur vie de tous les jours. Jusqu’à la descente aux enfers pour eux psychologiquement. J’ai trouvé intéressant que l’auteure s’attarde sur l’avant. Cela met en relief les pensées des personnages, ce qui leur fait peur et ce qui les empêche d’avancer. Un bon début pour que le lecteur reste accrocher.

  .Les personnages sont l’élément essentiel du roman. Les trois personnes que l’on va suivre sont à eux seuls très singulier tout en étant des personnes tout à fait ordinaire. Karen est la jeune femme qui m’a le plus touché. C’est comme si j’avais ressenti un certain feeling pour elle. Combattante et à la fois mère aimante, elle se rendra compte que deux disparitions peuvent se ressembler bien qu’elles soient très différentes. Abby est une personne qu’on a envie de prendre dans nos bras pour la sécuriser et la réconforter. Les problèmes avec son enfant et son couple font qu’on est sincèrement désolé pour elle. C’est une femme qui donne tout à son fils, jusqu’à s’oublier elle-même. Enfin Michael est celui qui tombera dans la dépression, sans vraiment penser qu’il l’est vraiment. C’est un homme qui a toujours su faire tourner son commerce. Cependant, les choses changent et la vie fera qu’il devra mettre la clef sous la porte. Ce sont des personnages très bien travaillés et creusé. On est au cœur de leurs pensées et de leurs introspections. On sait tout d’eux, de leurs peurs, de leurs doutes et de leurs problèmes. Le lecteur est derrière eux à les encourager pour avancer.

  .Le rythme est sans aucun doute très bon. Les parties permettent au lecteur de s’identifier dans le récit. Et les chapitres ne sont pas longs ce qui permet de rendre le bouquin plus incisif. Ce qui est intéressant c’est que dans chaque chapitre, Karen, Abby et Michael parleront. Du coup on est intéressé de voir comment ils vivent chacun de leurs côtés puis après comment ils réagissent ensemble. Ce qui m’a parfois dérangé, c’est que d’une partie à l’autre, l’auteure zappe quelques évènements qui auraient permis de mieux comprendre certains de ses choix.

  .Le thème abordé est quelque chose de difficile à traiter. La maladie psychologique des personnes, c’est quelque chose de délicat quand on ne la pas vécu soi-même. Cependant, Sarah Rayner a été elle-même dépressive. Elle est donc la mieux placé pour en parler. Cela se ressent dans la construction de ses phrases. Elle a choisi ses mots, les sentiments sont expliqués, on comprend pourquoi tel ou tel personnage éprouve une émotion ou une autre. J’ai trouvé que le sujet était bien abordé, bien décrit. Surtout, le livre n’est pas dépressif ou triste. Il y a deux ou trois moments où j’ai explosé de rire en le lisant. On est au cœur d’un sujet important que les auteurs commencent à développer et c’est vraiment intéressant.

  .La plume de l’auteure est assez recherchée. Le fait qu’elle écrive à la troisième personne permet au lecteur d’être presque omniscient avec les personnages. On sait ce qu’ils ressentent, on sait comment ils perçoivent telle ou telle situation. On est presque intime avec eux tellement on se sent proche d’eux. Il y a aussi quelques retournements de situations qui permettent au récit de ne pas être plat. Pour mériter une note plus haute, il aurait fallu que je perçoive ce petit plus. Même si j’ai apprécié ma lecture, la petite lueur en plus n’a pas été là. Je vous recommande vraiment de lire ce bouquin, parce qu’il parle d’un sujet important et délicat. Cependant, il est traité avec beaucoup de tact et de sincérité.

.Ma note : 8/10.

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

2 commentaires:

  1. Ce livre a l'air d'être vraiment pas mal! Je vais peut-être l'ajouter à ma PAL de plus que ta chronique m'a donné encore plussss envie de découvrir et de me faire mon propre avis :)
    Jennifer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement il l'est ! Il s'insinue au plus profond des pensées des personnages et c'est top :) J'espère qu'il te plaira !

      Supprimer