mardi 29 mars 2016

Chronique : Les traversées de Solange Delhomme


Les traversées de Solange Delhomme.
(Genre : Contemporain).

Editions : Milady
Prix : 6,90€ (Partenariat)
Date de parution originale : 18 mars 2016.

  Résumé : Clara n’a que quelques mois quand elle perd sa mère. Fou de chagrin, son père s’exile à l’abri du monde et confie la fillette à sa grand-mère. À sa mort, la vieille dame laisse derrière elle des carnets qui brisent des années de silence. Leur lecture révèle à Clara des facettes insoupçonnées de la lignée de femmes dans laquelle elle s’inscrit. Elles sont de celles qui se jettent à corps perdu dans des passions qui les brisent. De celles qui souffrent d’une incapacité à vivre et aimer en même temps dont Clara se demande si elle n’a pas hérité…


  J’ai été fortement tenté par ce roman lorsque la maison d’édition me l’a proposée. J’ai pu lire l’extrait se situant sur la 4ème de couverture et je dois dire que le style m’a tapé dans l’œil. Soutenir une auteure française est intéressant lorsqu’on sait que la majorité des publications provient de pays anglophones. Bref, ajoutez à cela une magnifique couverture et un résumé prometteur… il ne m’en a pas fallu plus. Au final, je dois dire que je suis assez déçu par ma lecture. Frustré de ne pas avoir trouvé ce que je recherchais au départ.

  Pourtant, le prologue ainsi que l’entame du récit m’ont bien plu. On rencontre Clara qui va devoir faire face à un événement tragique. Et puis l’alternance entre les temporalités présent et passé me plaisait bien. Pourtant j’ai très vite su identifier ce qui me gênait. Même si j’étais curieux de continuer pour savoir où l’auteure allait m’amener, j’avais de plus en plus de mal à revenir au roman. Je sentais que je perdais le sens de l’histoire et je ne me suis pas trompé.

  Je n’ai pas du tout réussi à m’attacher à Clara et à ses problèmes. Je ne saurais pas identifier son caractère ni même ses ambitions dans la vie. Je trouve que l’auteure n’a fait que survoler son histoire tout comme celle de sa famille. On apprend des choses sur son passé et sur son enfance. Mais on reste simplement en surface. C’est bien dommage. J’aurais aimé plus de détails, plus de ressentis, plus d’émotions par rapport à ce qu’éprouve la jeune femme. Je m’attendais à être chamboulé par son histoire mais je suis presque resté de marbre. Pourtant, vous savez combien je suis sensible. Mais ici, l’histoire ne m’a pas touché comme je l’avais espéré.

  Le rythme est cependant intéressant. Le roman est court puisqu’il fait 210 pages. Les chapitres ne sont pas longs et l’alternance des temporalités apportent une fluidité intéressante. Je continuais à lire parce que j’étais curieux de voir si j’allais me tromper sur mes a priori. Si j’allais avoir des réponses à mes questions. Est-ce que tel fait ou tel événement allait être plus mis en avant… Bref, c’est un roman qui se lit bien, c’est juste l’histoire qui fait défaut.

  En lisant le résumé, je m’attendais à lire un récit sur une sorte de malédiction. Je m’attendais bien sûr à ce que le récit ne soit pas fantastique. Je ne pensais pas trouver cette histoire là. Je croyais que le récit allait être agencé d’une autre manière. Les lettres qu’on trouve à l’intérieur du livre devraient nous aider mais elles nous perdent plus qu’autre chose. J’ai bien aimé voir les vies antérieures de la mère et la grand-mère de Clara. Comment elles sont incapables de vivre et aimer en même temps. C’est touchant et dur à la fois. Mais je ne sais pas, l’histoire est trop brouillonne, pas assez approfondie. Je n’ai pas eu l’impression que l’auteure savait vraiment où elle allait (bien que ce soit son propre récit). Peut-être suis-je passé à côté ? Oui, sûrement. Ou alors je ne suis pas la cible de ce roman.

 La plume de Solange Delhomme est intéressante parce que travaillée. Je l’ai trouvé poétique, comme si on entendait une rivière coulée et qu’on se laissait porter par le son. Ici, on se laisse porter par les mots sans s’en rendre compte. Pourtant si le style est remarquable, je pense que c’est lui qui mange l’histoire. Peut-être que l’auteure en a trop fait. Personnellement, je me suis senti noyé derrière les mots, sans trouver véritablement le sens de l’histoire. J’en suis le premier déçu et frustré. Que vous dire à part que je regrette. On ne peut pas aimer tous les romans. Si vous voulez essayer, tentez. Il est fort probable que je sois passé à côté, malheureusement.

Ma note : 5,5/10.

Merci aux éditions Milady pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire