mercredi 7 juin 2017

Chronique : Entre chiens et loups - Tome 1 de Malorie Blackman


Entre chiens et loups – Tome 1 de Malorie Blackman.
(Genre : Dystopie, Jeunesse).

Éditions : Livre de poche jeunesse
Prix : 7.90€ (Partenariat)
Date de parution poche : 19 avril 2017
Année de parution française : 2005
Année de parution originale : 2001
Titre version originale : Noughts & Crosses, Book 1.

  Résumé : Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé. Un monde où les communautés s'affrontent à coups de lois racistes et de bombes.C'est un monde où Callum et Sephy n'ont pas le droit de s'aimer. Car elle est noire et fille de ministre. Et lui blanc et fils d'un rebelle clandestin... Et s'ils changeaient ce monde ?


  Lorsque nous avons reçu le programme de la maison d’éditions, Mathieu m’a fortement conseillé cette lecture. Il savait d’avance qu’elle me plairait. Et comme souvent (pour ne pas dire à chaque fois), Mathieu avait raison !! Je remercie le livre de poche pour l’envoi de « Entre chiens et loups ».

  Dans ce roman, nous nous retrouvons dans un univers dystopique. Un récit qui fait non seulement échos à l’Histoire des Etats-Unis, mais malheureusement aussi à des faits encore d’actualité. Callum et Sephy se connaissent depuis qu’ils sont enfants. Au fil des ans leur attachement est de plus en plus fort, si bien qu’à l’adolescence, ils se rendent compte qu’ils sont amoureux l’un de l’autre. Le problème, c’est qu’ils n’ont pas la même couleur de peau. Sephy est « noire », elle fait partie de la classe supérieure de la société, les « Primas ». Callum est blanc, il fait partie des « Nihils », qui jusqu’à récemment, étaient encore considérés comme des esclaves. Voulant faire évoluer les choses, chacun va se heurter aux réticences des deux castes.

  Ce que j'ai vraiment apprécié dans ce livre, c'est l’utilisation d’un concept universel que Malorie Blackman réussit à rendre unique dans son genre. Elle nous immerge totalement dans son univers et le roman pourrait très bien se passer à l'heure actuelle. Lorsque nous commençons cette histoire, l'abolition de l'esclavage ne date pas de si longtemps. Les Nihils subissent toujours une sévère discrimination et viennent seulement d’être autorisés à poursuivre leurs études et fréquenter les mêmes établissements que les Primas. Il y a encore des exécutions publiques et il est encore inadmissible pour les gens qu’un couple mixte puisse exister.

  L’alternance de point de vue, entre Callum et Sephy, renforce les sentiments que le lecteur ressent pour les personnages. Il est aisé de s’identifier à l’un comme à l’autre. Comme eux, nous espérons qu’ils pourront changer les mœurs et faire évoluer les choses vers un monde meilleur. C’est à un rythme soutenu que les chapitres s’enchaînent. L’auteur nous prend par surprise à plusieurs reprises et les rebondissements vont de mal en pis. La fin m’a totalement bouleversée. Je ne m’y attendais tellement pas (ou plutôt, j’espérais autre chose), c’est là que réside aussi toute la force de l’auteur. Son univers est très bien construit, et elle ose torturer ses personnages et ses lecteurs par la même occasion. Le sujet traité n’est pas facile, voir carrément révoltant. Le racisme, la discrimination, l’exclusion, Malorie Blackman en fait une ode à la tolérance et nous délivre une leçon d'histoire vraiment intelligente sous le couvert d'un roman jeunesse.

  Une chose est certaine : l'histoire de Sephy et Callum me restera en mémoire pendant longtemps. Ce roman est remarquable, brillamment écrit, avec des personnages complexes et intelligents. Il fait ressentir au lecteur toutes sortes d’émotions. Je l'ai beaucoup aimé et j'ai hâte de lire le reste de la série. Je recommande fortement ce livre !

Ma note : 9/10.

Merci à Myriam et aux éditions Hachette pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire