vendredi 26 décembre 2014

Chronique : Fuir la citadelle de Ryan Graudin


Fuir la citadelle de Ryan Graudin. (Genre : Jeunesse, Aventure).

Editions : Editions du Masque
Prix : 17€ (Partenariat)
Année de parution française : 2014
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : The walled city.

.Résumé :
Dai
730. C’est le nombre de jours que j’ai passés coincé dans ce cloaque de l’humanité. 18. C’est le nombre de jours qu’il me reste pour trouver une issue.
Jin Ling
Déjà deux ans que les Faucheurs m’ont pris ma sœur. Deux ans déjà que je les ai suivis jusqu’à la Citadelle pour la retrouver. Pendant tout ce temps, j’ai appris à me déplacer comme un fantôme. C’est la seule façon de survivre ici.
Mei Yee
Je ferme les yeux, m’efforçant de ne pas regarder ma compagne d’infortune brisée sur le sol, d’oublier les mots que le maître a prononcés il y a si longtemps. « Tu ne peux pas t’enfuir. »


  .Je remercie Babelio et les éditions du Masque pour l’envoie de ce bouquin. C’est une histoire qui me tentait par toutes les bonnes critiques que j’en ai entendu. Lire un récit sur le « huis clos » est quelque chose qui m’intéresse. Je n’ai donc pas hésité une seule seconde à postuler pour ce livre. La couverture représente bien l’ensemble du récit. Le résumé quant à lui, m’avait tenté et promettait une lecture forte. Je n’ai pas été déçu, j’ai passé un excellent moment.

  .Dès le début, l’auteure nous met dans l’ambiance et dans l’action. C’est une sensation particulière, un ressenti extraordinaire de lire du Ryan Graudin. Je ne sais pas si cette auteure a écrit d’autres livres, mais je m’y pencherai. L’alternance des points de vue dès le départ apporte une richesse au récit. L’auteure pose ses bases et fait connaître à son lecteur ses personnages. De l’action et un apprentissage des trois protagonistes qui font de ce début un bon point.

  .Les personnages sont ici le point fort du récit. Dai, le personnage masculin, va être sans le savoir la clef de tout. Il est torturé, en recherche de rédemption et ne cessera de penser à sa famille… loin de lui. Jin est la fille qui m’a le plus touché. Elle est forte, combattante et à la fois sensible psychologiquement. La recherche de sa sœur est son leitmotiv et on est derrière elle, prêt à tout pour la retrouver. Mei est une personne plus en retrait. Elle ne comprend pas vraiment comment sortir de sa prison dorée. Elle sera prise entre deux feux et une rencontre chamboulera tout sur son chemin. L’évolution des personnages est impressionnante. Dai se montrera persévérant tandis que Jin et Mei auront des rôles inversés. Ce sont des protagonistes bien travaillés, auxquels on s’attache. Il m’a cependant manqué le petit quelque chose qui rendrait le récit encore plus touchant.

  .Le rythme est aussi un point important qui a été manié à la perfection par Ryan Graudin. Une alternance des points de vue permet de rendre le récit dynamique… parfait ! Le décompte des jours avant une catastrophe contre la Citadelle permet de renforcer notre addiction à ce roman. Tout est fait pour qu’on ne le lâche pas, pour qu’on soit toujours curieux de le découvrir. La relation entre les personnages renforce cette impression. On ne sait pas à qui faire confiance, on ne sait pas si on va être arrêté. On est dans l’expectative et sur le qui vive.

  .Ce que je regrette cependant, c’est l’univers de la Citadelle. On saura à la fin, que l’auteure s’est inspirée d’une vraie Citadelle, d’un endroit barricadé entre quatre murs. Mais j’aurais aimé qu’on ait davantage d’explication. Que Ryan Graudin, explique la naissance de cette Citadelle, qu’elle s’y attarde plus et qu’elle développe son univers. Il m’a manqué cette richesse dans le récit et comme je suis un lecteur pointilleux… Mais cette impression de huis clos, d’enfermement m’a beaucoup plu et impressionné. Je me suis senti oppressé, tout le temps sur la défensive et pris dans l’histoire de ces personnages.

  .L’écriture est un point fort indéniable de l’auteure. Son style est direct, incisif, percutant et droit au but. Elle fait souvent des phrases courtes pour accélérer encore le rythme. On se prend tout en pleine face et ses descriptions sont très bien faites. Les cents dernières pages ouvrent sur des surprises et des retournements de situations inattendues. Après, il m’a manqué le côté plus émouvant, sensationnel que j’aurai souhaité. Et j’aurai aussi aimé moins de linéarité.

  .Pour un premier essaie avec cette auteure, je ne regrette pas de m’y être penché ! Les personnages, le rythme et l’écriture de l’auteure permettent un récit détaillé et mouvementé. L’histoire est en elle-même bien écrite et bien menée. L’action est au rendez-vous et le côté oppressant ne vous lâchera pas d’une semelle. Franchement n’hésitez pas si vous souhaitez vous lancer !

.Ma note : 8/10


Merci à Babelio et aux éditions du Masque pour ce partenariat !

6 commentaires:

  1. Il ne faisait pas partie de ma liste "prioritaire" mais après ta chronique il me tente beaucoup :) même si je pense qu'il passera après une autre future parution de MsK: Red Queen ;)
    Et au fait, j'ai enfin acheté Fille des cauchemars ;) je ne savais plus si je te l'avais dit ;) mdr la minute info ;)
    Bonne prochaine lecture à toi :)
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il saura te plaire et te convaincre ! :)
      Red Queen est très attendu aussi !!!
      Ahhh tu me diras si tu l'as apprécié :D
      Bonne lecture également bisous !

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas ce livre mais tu m'as bien tenté ;-)

    RépondreSupprimer