mercredi 28 janvier 2015

Chronique : 30 ans, célibataire, un enfant, permis B de Isaac Frelon


30 ans, célibataire, un enfant, permis B de Isaac Frelon. (Genre : Romance)

Editions : Editions de la Reine
Prix : 16€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2014

  .Résumé : Toute la boite la voulait, je l’ai donc voulue. Elle me laissait des semaines sans nouvelles, je l’ai donc aimée. Pourtant tout le monde le sait, on ne tombe jamais aussi bas que lorsqu’on tombe amoureux. Quand une fille vous appelle c’est mauvais signe, il y a les textos pour les « Sa va ? » ou les « tu fé koi ce soir ? » ou autres messages codés qui signifient « Du sexe ce soir ça te dit ? ». Mais quand elle vous dit « faut qu’on parle » c’est franchement inquiétant. Ils devraient relancer une campagne contre le sida à la télé, j’aurais peut-être mis une capote.


  .Un livre qui à la base ne me tentait pas plus que ça. Bien entendu, Christine qui s’occupe des éditions de la Reine me l’a vendu et j’ai accepté. Au final, je la remercie parce que je serai passé à côté d’un bon moment de lecture. La couverture est sympathique mais il est vrai qu’elle n’attire pas forcément le regard. Il faut quand même avouer qu’elle est en adéquation avec le thème du one man show. Je n’avais pas lu le résumé avant de me lancer et j’ai été d’autant plus surpris par ma lecture. Même si quelques défauts sont à relever, c’est une lecture agréable.

  .Il m’a fallu une trentaine de pages pour comprendre le déroulement du livre. Isaac va nous raconter sa vie tout en passant un entretien d’embauche. Au fil des questions de son futur bosse, il va nous narrer ses souvenirs. J’ai trouvé le concept vraiment plaisant et assez fou en même temps. On n’avance pas tellement dans l’intrigue principale mais on s’en fout en fait ! On est pris dans l’histoire et dans la vie d’Isaac, sa folle vie…

  .Oh qu’est-ce que j’ai ri ! Si le personnage d’Isaac n’est pas autant développé qu’on pourrait le souhaiter, on arrive cependant à s’attacher à lui. Il y a des fois où je me suis demandé si les situations décrites étaient réelles tellement je les trouvais folles. Isaac va se retrouver dans des situations rocambolesques plus d’une fois. Sa vie est un sketch, sa vie est une pièce de théâtre mais c’est par cet humour et la description des évènements qui vont le rendre cool à nos yeux. Sa manière de penser est aussi incroyable. Comment peut-on avoir des pensées aussi décalées et aussi sérieuses en même temps. Je pense que si Isaac était mon ami, il me ferait absolument rire. Il y a aussi comme personnage Célia, que j’ai un peu détesté ! Toujours à être sur le dos d’Isaac, comme s’il ne savait pas s’occuper de son enfant (Isaac 2.0). J’aurai aimé plus de souvenirs du passé mais le propre d’un one man show n’est pas de retourner en arrière.

  .Le rythme est affreusement bon et addictif. Les chapitres ne font pas plus de cinq pages et font au minimum deux lignes. Même dans la manière d’organiser son livre, on retrouve un style décalé et fou. Il se passe beaucoup de choses dans sa vie, et on veut inévitablement savoir s’il va être accepté lors de son entretien. Alors on tourne les pages. Cependant, j’ai pu trouver le livre un peu fouillis. Comme si les chapitres avaient été balancés sans qu’un ordre logique ait pu être établi. Cela ne dérange pas la lecture, mais c’est ce que j’ai ressenti.

  .A travers cet humour noir, un peu cynique et revanchard, Isaac apporte quand même des messages. Egalité hommes-femmes ou domination de l’homme sur la femme ou de la femme sur l’homme. Il rend un bel hommage aux anciennes nouvelles technologies et j’ai adoré ça. Surtout, il porte très hauts les valeurs des pères célibataires. C’est ce qui m’a le plus plu, le plus touché lors de ma lecture. Pourquoi la mère aurait-elle la garde et pas le père ? Il aborde aussi sa sexualité débordante… où comment il n’arrive pas à rester très longtemps avec la même femme et revient toujours à celle qui le fait vibrer sexuellement… c’est un peu ça non ?

  .La plume de l’auteur est loin d’être exceptionnelle. Elle est simple, peut-être même trop simple. On ne se tracasse pas avec ça tellement l’histoire est entraînante et folle. La fin m’a beaucoup plu, cette espèce de non fin qui en réalité a été déconnectée de la réalité pour finalement y revenir… Oui je sais c’est compliqué à comprendre, mais en même temps Isaac Frelon est un énergumène à part entière. Même si l’histoire aurait gagné à être développée davantage tout comme les personnages. Que la plume n’est pas originale et que le roman fait un peu capharnaüm… on s’en tape. Tout ce qu’on retient ce sont les messages forts de ce livre. Les messages qui nous font aussi sourire et rire tellement les situations sont extrêmement rocambolesques. Rien que pour ça je tire mon chapeau parce que le livre en devient addictif et se lit en une journée (oui oui je l’ai avalé ^^). Finalement il l’a eu ce job ou pas ?

.Ma note : 7,5/10

Merci à Christine et aux éditions de la Reine pour ce partenariat !

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout mais tu m'as sacrément donné envie de lire ce roman ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est super j'espère qu'il te plaira alors :)

      Supprimer
  2. Si j'ai l'occasion de trouver ce livre pourquoi pas, il a l'air sympa et assez drôle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très drôle ! :)
      N'hésite pas à aller sur le site des éditions de la Reine !!

      Supprimer