dimanche 10 mai 2015

Chronique : Dix minutes par jour de Chiara Gamberale


Dix minutes par jour de Chiara Gamberale. (Genre : Contemporain).

Editions : Michel Lafon
Prix : 16,95€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : Per dieci minuti.

  .Résumé : Chiara, la trentaine pétillante, a tout pour être heureuse : un mari parfait, une chronique qu’elle adore dans un hebdo branché, plusieurs best-sellers à son actif. Bref, une vie de rêve jusqu’au jour où… elle perd tout : adieu mari (volage et immature), chronique, romans et certitudes. Pour l’aider à remonter la pente et à sortir de ses idées noires, sa psy lui propose un petit jeu : chaque jour pendant un mois, elle devra faire, dix minutes durant, quelque chose d’anodin ou d’un peu fou… Entourée de sa bande d’amis, Chiara accepte de relever le défi et de consigner l’expérience dans un journal. Et si une nouvelle vie surgissait de ce grand saut dans l’inconnu ?


  .Ce roman me tentait de par sa couverture totalement colorée. Et aussi par son résumé que j’avais juste regardé vite fait ! Je savais que le personnage principal allait devoir faire pendant dix minutes, quelque chose de nouveau. Pas plus… et je m’attendais pour être sincère, à lire une autre histoire. Au final, je ne regrette pas d’avoir lu ce bouquin. Il est une belle surprise, comme les sont les livres des éditions Michel Lafon en général. Une très bonne lecture !

  .Comme je vous l’ai dit, je ne pensais pas lire ce genre de bouquin. J’ai d’abord été étonné par le style et par l’agencement du roman. De part l’histoire qu’on allait me raconter. Pour tout vous dire, ça m’a paru extrêmement fou et décalé. Mais ce sont ces points là qui par la suite m’ont plu. Ils m’ont permis de plus m’immerger dans l’histoire de Chiara, qui je pense est aussi l’auteure du roman ^^ Son histoire à elle, personnelle, sensible et sentimentale.

  .Parlons justement de Chiara. C’est une femme de tout ce qu’il y a de plus banal. Elle consulte un psychologue après la malchance qui s’abat dans sa vie. Son mari est parti, sa chronique dans un journal a été remplacée et l’écriture de son nouveau bouquin est au point mort. Je l’ai senti s’épanouir de jour en jour à travers ces dix minutes quotidiennes. Comme si c’était une petite fleur qui s’ouvrait petit à petit pour éclore. Du début où elle est renfermée sur elle-même, elle arrive à regarder à travers son malheur et à relativiser. Elle s’ouvre au monde, à ses amis, à sa famille, aux personnes de son quartier. C’est juste une évolution remarquable. Vient ensuite d’autres personnages qui vont permettre son évolution. La relation qu’elle entretient désormais avec sa maman m’a juste fait fondre. De bons personnages mais j’aurai aimé cependant qu’ils soient plus exploités. On ne connait presque rien de son passé, de ses souvenirs et de ses proches. C’est fort dommage.

  .Le rythme est prenant sans aucun doute. Les chapitres sont extrêmement courts. Un chapitre, un jour, une nouvelle série de dix minutes. On est curieux de connaître ce qu’elle va faire à chaque fois. Si ce sont des défis banals ou au contraire quelque chose de plus loufoque ou compliqué. Beaucoup de dialogues permettent de fluidifier encore plus le roman. L’intrigue est bien menée, une reconstruction de soi-même assurée d’un bout à l’autre. Une intrigue simple mais qui marche par l’envie qu’on a d’aider Chiara.

  .L’histoire en elle-même m’a paru cependant répétitive. On revient toujours aux mêmes points, comme si Chiara se plaignait tout le temps des mêmes choses. Surtout de son mari d’ailleurs. Après je peux comprendre l’auteure, c’est ce qui la perturbe essentiellement. Je ne dis pas qu’on fait du sur place, loin de là. Mais le roman aurait gagné en profondeur et en oxygène si on était moins centré sur les mêmes problèmes. Heureusement que les personnages secondaires permettent de s’écarter de cette spirale. Et puis je ne sais pas, la traduction m’a parfois semblé fouillis à des endroits. Il y a des phrases que j’ai du relire 2-3 fois pour comprendre ce que cela voulait dire.

  .L’écriture de Chiara Gamberale n’est pas exceptionnelle. Elle fait des phrases parfois longues, parfois courtes. Mais on s’y retrouve, c’est simple mais efficace comme j’ai coutume de dire. Au final, on passe un bon moment de lecture. Chiara pourrait être vous… ou vous, une personne totalement normale. La fin donne au bouquin un petit message d’espoir excellent qui permet d’insuffler au roman une note positive en plus. Si vous êtes intrigués, n’hésitez pas ! Vous serez tout bonnement surpris par cette histoire.

.Ma note : 8/10.

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

4 commentaires: