dimanche 5 juillet 2015

Chronique : Anonymes Objections de Jean-Pierre Lartigue


Anonymes Objections de Jean-Pierre Lartigue. (Genre : Policier).

Editions : Les éditions Baudelaire
Prix : 20€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2014

  Résumé : Un homme d’origine roumaine déclare à la police qu’il a retrouvé le corps d’un camarade, un certain Milos Obrésevic, sans vie sur le carrelage crasseux de son squat. Pas moins de six éléments de preuve visiblement incontestables désignent Gérald Montagné, un médecin adulé de tous pour sa générosité et son humanisme, comme étant l’auteur de ce meurtre. Personne ne doute de sa culpabilité. Personne sauf sa nièce, la belle Anne-Lise, qui a décidé de tout entreprendre pour prouver le contraire, et deux personnages hors du commun, qui se sont ralliés à sa cause : Norbert, un retraité solitaire, et Josselin, un jeune homme surdoué, hacker d’exception à ses heures. Que vont-ils trouver pour contrer l’enquête officielle de police ? Les éléments à charge démontrent-ils aussi incontestablement que cela la culpabilité de ce si honorable et si respecté médecin ?


  Pour tout vous avouer, je ressors un petit peu frustré de ma lecture. Je n’ai pas été autant pris par le roman que ce que j’aurai souhaité. C’est une bonne petite lecture qui manque de profondeur sur certains points. De ce fait, ce n’est pas un roman autant passionnant que ce que j’avais pensé. La couverture est vraiment accrocheuse. C’est limite si elle n’est pas un peu flippante. Je n’avais pas lu le résumé et heureusement, sinon j’aurai trouvé le temps long. Une lecture agréable mais sans plus.

  Le début est intéressant par sa forme. Mais je l’ai trouvé aussi très lent. Il faut bien attendre 70 pages pour que l’intrigue commence pleinement. Avant, on fait la découverte des personnages, de comment ils se rencontrent, comment ils vont se lier d’amitié. Alors vous me direz qu’au moins, l’auteur pose des bases et nous permet d’en apprendre plus sur  Norbert et Josselin. Mais pendant ce temps… je n’ai pas vraiment trouvé ça accrocheur. J’ai l’habitude des policiers qui sont direct dans l’action, dans le punch et là ce n’est pas trop le cas.

  Malheureusement, je ne me suis tellement attaché aux personnages. Je reconnais que le duo Norbert-Josselin fonctionne bien. Mais je ne me suis pas identifié à eux. Je pense que Josselin est un peu trop gamin pour moi et Norbert un petit peu trop vieux. C’est l’extrême en fait. Après, la relation d’amitié qu’ils nouent est intéressante et sincère. C’est ce que j’ai apprécié. Ils sont aussi d’une intelligence remarquable. Pour Josselin, je n’ai pas aimé sa manière de raisonner lorsqu’Anne-Lise entrait dans l’histoire. Autant vous dire tout de suite que la relation d’amour entre ces deux là ne m’a pas du tout convaincu. J’ai trouvé ça cliché, tiré par les cheveux et je n’y croyais pas. J’ai sans cesse levé les yeux aux ciels. Pas assez de profondeur dans les sentiments. Et je n’ai rien ressenti avec eux.

  Le rythme est lui par contre bon. Les chapitres ne sont pas longs ce qui amènent une fluidité au récit et une cadence à l’intrigue. J’ai aimé aussi le fait que les chapitres soient par étape. Je m’explique : chaque chapitre a un titre bien à lui. De ce fait, on sait que dans tel chapitre il va se passer telle chose. J’ai trouvé cela intéressant parce qu’au final le roman se veut précis dans sa structure et sa forme. Le rythme est aussi renforcé parce que les personnages bougent et réfléchis beaucoup. L’intelligence c’est la clef de la réussite. Jean-Pierre Lartigue en fait une admirable démonstration.

  J’en viens à ce qui pèche vraiment ici, c’est l’enquête menée par Anne-Lise, Josselin et Norbert. Je ne l’ai pas trouvé prenante, haletante ou dingue. Je n’ai pas ressenti cette petite étincelle qui me booste lors de ce genre de lecture. Je pense que l’écriture à la troisième personne du singulier a fait que j’ai été détaché du roman. Certes, j’étais curieux de savoir ce qu’il s’était passé. Mais (je ne sais pas comment dire), tout se résout trop vite, trop bien, c’est trop facile. L’enquête n’est pas assez mise en avant je trouve. Par contre ce qui m’a plu dans le roman, ce sont toutes les touches historiques et juridiques. L’auteur est fichtrement bien renseigné et consciencieux de faire partager tout ça au lecteur, chapeau !

  L’écriture m’a au début dérangé. Jean-Pierre Lartigue fait des phrases vraiment longues comme les profs de Droit… coïncidence. Mais au final je m’y suis habitué et ça ne m’a plu du tout dérangé. Même si la fin est très jolie, je n’ai pas compris le dernier paragraphe. Soit c’est censé être un retournement de situation et je ne l’ai pas compris… soit c’est censé nous mettre sur la voix pour un autre tome et je n’ai encore pas compris ! Attention toutefois aux éditions Baudelaire pour les nombreuses coquilles présentes… ça gâche un peu la lecture. Au final, une lecture sympathique mais sans plus.

Ma note : 6,5/10.

Merci à Florent et aux éditions Baudelaire pour ce partenariat !

2 commentaires: