mardi 4 août 2015

Chronique : La mort en rouge de Pierre Gaulon


La mort en rouge de Pierre Gaulon. (Genre : Thriller).

Editions : City
Prix : 18€
Année de parution originale : 2013

  Résumé : Des coups frappés à la porte, comme autant d’appels au secours. A travers le judas, Clément Danver a juste le temps d’apercevoir un homme se jeter du haut de cinq étages. Selon toute vraisemblance, l’homme s’est suicidé. Sauf que… Clément a cru voir, un instant, une autre silhouette. Une jeune femme spectrale à la chevelure maculée de sang. Sans doute a-t-il rêvé…


  Mon binôme Guillaume a souvent de bonnes idées pour me sortir des lectures. La plupart du temps, ce sont des thrillers qui m’ont fait envie et qui traîne un peu dans ma PAL. « La mort en rouge » ne fait pas exception à la règle. Gagné lors d’un concours que Pierre Gaulon avait réalisé. Il a bien traîné un an. Guillaume me l’a donc imposé pour mes lectures de juillet. Et je le remercie ! Ce roman a une couverture tellement spéciale. Elle en devient hypnotisante. Le résumé, je l’avais survolé et je savais que j’avais accroché. J’ai passé au final une excellente lecture !

  Dès le début on ne peut être qu’intriguer par ce prologue spécial. Un prologue où on suit une fille qui va se faire tuer par un homme. Du sang, du suspense et du mystère… ça commençait bien. Et très vite, l’auteur nous amène à ce que le résumé nous raconte. Le suicide d’un homme qui s’est jeté du cinquième étage dans la cage d’escalier d’un immeuble. Et un voisin qui aurait vu l’ombre d’une femme nu avec des cheveux en sang… J’avoue que j’ai été intrigué, sous tension et très curieux de découvrir la suite de cette histoire. Pierre Gaulon a frappé fort dès le début.

  Les personnages ne sont pas le point fort du roman. On les suit, on est content de connaître un peu leur passé et leurs problèmes. Mais ils ne sont pas attachants outre mesure. Je pense que l’auteur a tout joué sur son intrigue. Personnellement, ça ne m’a pas dérangé une seule seconde. J’ai pris plaisir à découvrir un duo inattendu : celui de Clément et de Lou. A suivre aussi en parallèle le policier Serinam. Et bien sur les flash-back sur un préfet lors de la seconde guerre mondiale que nous balance l’auteur dans le roman. Un personnage qui va s’avérer être plus qu’important dans le récit au final. J’ai aimé l’ingéniosité et l’intelligence de Lou. J’ai apprécié le côté fouine curieuse de Clément. Et j’ai aimé l’histoire glauque du préfet. De bons personnages pour l’intrigue mais qui manque de profondeur pour compléter plus l’histoire.

  Le rythme c’est quelque chose que Pierre Gaulon sait maîtriser. Déjà, ses chapitres ne sont pas très longs ce qui apporte de la fluidité au récit. Ensuite, sa narration à la troisième personne fait qu’on a différents points de vue et ça… c’est un gros avantage dans un thriller. Parce que même les méchants vont parler et c’est top ! Bien sur, les flash-back apporte un plus incroyable à l’intrigue en la complexifiant davantage que ce qu’elle n’est déjà. L’auteur est fort, il nous livre son histoire sur un plateau. On est curieux d’en apprendre toujours plus et de comprendre quels liens lient les personnages. Franchement j’ai été scotché.

  Ce thriller est un vrai thriller. Du sang, un crâne qui a explosé, une intrigue complexe et nouée sur elle-même. Des souvenirs qui viennent hanter le présent et du coup, on se pose plein de questions. Au début, je me suis dit mais punaise, on fait trois pas en avant pour reculer de deux à chaque fois. Et puis l’auteur manie ses personnages pour les faire avancer dans l’intrigue. Je dois dire que cette légende autour de cette fille aux cheveux rouges m’a parfois mis le frisson. Des fois je me suis même demandé si cela n’existait pas vraiment. Et quand enfin on comprend le fin mot de l’histoire… je me suis dit que c’était franchement évident. Mais je n’arrivais pas encore à faire le lien. L’auteur est fort pour nous donner des éléments tout en nous laissant dans le flou !

  Son écriture est simple, pas spectaculaire mais pour un thriller elle a le mérite d’être efficace. Je dois dire que je me suis laissé prendre par son style et par sa narration à la troisième personne. Ce que je regrette c’est que les remords d’un personnage sur une ancienne relation n’ont pas été assez creusés. Certes, ça n’aurait rien amené à l’histoire. Mais dans ce monde de brute, un peu d’amour ne fait pas de mal. La fin est dingue parce que ce que l’auteure arrive encore une fois à nous surprendre. Franchement, c’est un livre que je vous conseille. Il est sorti en poche le 20 août 2014 donc n’hésitez surtout pas à rencontrer la jeune fille aux cheveux de sang.

Ma note : 8,5/10.

1 commentaire:

  1. Ah la tu me fais plaisir binôme 😊 ne reste qu a découvrir Noir Ego, qui selon les dites rivalise de qualité avec La Mort en Rouge !!

    RépondreSupprimer