jeudi 8 octobre 2015

Chronique : Bluebird de Tristan Koëgel


Bluebird de Tristan Koëgel. (Genre : Jeunesse, Historique).

Editions : Didier Jeunesse
Prix : 14,20€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2015

  Résumé : Minnie est la fille d’un musicien qui chante le blues sur les routes du Mississipi. Elwyn est le fils d’un Irlandais, le contremaître d’une immense plantation. Quand ces deux là se rencontrent, ils tombent amoureux. Mais dans l’Amérique des années 1940, en pleine ségrégation, qui oserait croire que leur histoire est possible ?


  Je tiens tout d’abord à remercier Nathan qui a travaillé pour la maison d’édition Didier Jeunesse. Je pense que sans lui, je n’aurai pas pu lire « Bluebird ». Il m’a bien vendu le livre de telle sorte qu’il m’était impossible de ne pas accepter de lire cette histoire. Et puis il faut avouer que la couverture est juste magnifique. Une couverture à rabat joliment faite et bien pensée ! C’est du high level pour le petit prix du roman ! Au final, même si l’histoire a pris pour moi un virage inattendu, j’ai passé une bonne lecture !

  Dès le début on sent bien que l’auteur amène une ambiance particulière. Une ambiance, une atmosphère qui va coller tout au long du roman. Au départ on rencontre Minnie, une jeune fille musicienne avec son papa sur les routes du Mississipi. On va les suivre jusqu’à ce qu’ils arrivent sur une plantation de coton où règne la terreur. L’histoire se passe dans les années 40 et on est en pleine ségrégation. Minnie et son papa sont noirs, ils vont trouver refuge chez Papy, un ouvrier de la plantation. Mais la jeune fille va être étrangement attirée par Elwyn, le fils du contremaître irlandais. Une fille noire, un garçon blanc et une amitié naissante.

  Dans le récit, on va avoir le point de vue de plusieurs personnages : Minnie, Nashoba et Elwyn. Minnie est une enfant passionnée de musique. Elle aime le blues, elle aimerait faire des disques, mais la société l’en empêche à cause de sa couleur de peau. Elle aime son père plus que tout et c’est ce qui la rend touchante. Durant le roman elle va grandir, faire des rencontres intéressantes et réfléchir sur sa vie. Elle permet au lecteur de croire en l’espoir d’un avenir plus grand. Nashoba est lui un jeune homme d’une vingtaine d’année. Sa mère a prié les parents d’Elwyn de le recueillir pour lui éviter la guerre. C’est un personnage qui va beaucoup souffrir. Le chef de la plantation va lui en faire voir de toutes les couleurs, jusqu’à le traiter en esclave. Nashoba est intéressant par sa force de caractère et par son mental d’acier. A travers ses yeux on comprend que la famille d’Elwyn n’est pas aussi méchante derrière les apparences. Enfin Elwyn, est un jeune garçon qui suit ses parents lorsqu’ils s’installent dans la plantation. Il va lui aussi évoluer et grandir. Elwyn est un personnage intelligent, qui fait des sacrifices pour ses parents. Il n’hésitera pas à entrer dans leur jeu pour leur sauver la mise. Des personnages intéressants et bien construits pour rendre l’histoire envoutante.

  Le rythme est assez bon. Les différentes parties de différents points de vue apportent une fluidité au roman. Au cours de ce récit, les personnages bougent assez, ils rentrent souvent en conflit. L’auteur arrive à nous faire partager leurs émotions. On se prend à être anxieux, à en détester certains, à stresser avec eux. Ainsi, on avale les pages sans s’en rendre compte. Le rythme est aussi renforcer par la découverte d’un pays ségrégationniste envers les noirs. On découvre la violence, le mal à l’état pur, les tourments psychologiques qu’on peut infliger… Mais on se prend aussi à espérer parce que tous les blancs n’agissent pas de la même façon et ne pense pas de la même manière. C’est une chose importante à retenir. Ne pas mettre tout le monde dans le même sac. Il faut apprendre à les connaître, à creuser derrière la couleur de peau. Peut-être nous apprendront-ils des choses ou peut-être que ce sera l’inverse. Mais l’habit ne fait pas le moine comme on dit. L’authenticité de ce récit historique est le gros point fort du livre.

  Ce que je regrette cependant c’est que l’histoire a pris une tournure à laquelle je ne pensais pas. Avant de lire le livre, je pensais qu’il y aurait vraiment une histoire d’amour entre Elwyn et Minnie. Mais j’ai vite déchanté par la réalité de l’intrigue narrée. C’est en parti pour cela que le roman n’a pas été à la hauteur de ce que j’attendais. La romance promise est traitée en fond et j’aurai aimé qu’elle intervienne au premier plan. C’est dommage pour moi mais tout ce qui gravite autour de l’histoire reste passionnant. Malgré la violence, l’auteur imagine un monde meilleur. Un monde fait de remises en question et d’espoir que Minnie interprète parfaitement. Son évolution, son ascension est vraiment révélatrice d’une société qui a évolué.

  La plume de l’auteur est intéressante par l’atmosphère qu’il crée et par l’authenticité du récit dégagé. On arrive très facilement à s’immerger dans cette histoire. Il y a beaucoup de phrases touchantes et intéressantes. Qu’elles soient liées à la musique, à la société, à la hiérarchie ou encore à la vie tout simplement. La fin m’a beaucoup plu en sachant par quoi les personnages étaient passés tout au long du récit. C’est comme si on avait fait le tour et qu’on revenait au début avec toutes les améliorations acquises. Si vous aimez les romans historiques, les personnages attachants et les histoires fortes… « Bluebird » est fait pour vous !

Ma note : 7,5/10.

Merci à Nathan et aux éditions Didier Jeunesse pour ce partenariat !

7 commentaires:

  1. Ce que tu regrettes dans ce roman est exactement ce qui m'a fait l'aimer. Tu connais ma passion pour la romance et j'ai trouvé que c'était génial de nous proposer une vraie histoire d'amour pas...trop présente mais que reste la trâme principale (plus ou moins mise en avant) de l'intrigue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou binôme !
      Tu as raison ^^ après je ne dis pas qu'il fallait tomber dans le mielleux mais c'est dommage que ce filon là ne soit pas plus exploité :/
      En tout cas ce livre est une bonne découverte :D

      Supprimer
  2. C'est une très belle chronique qui me donne envie de découvrir cette histoire qui pourrait me toucher, j'en suis sûre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je t'incite alors à l'acheter, surtout que le prix est accessible pour les 320 pages qu'il contient !

      Supprimer
  3. Hello je découvre ton blog comme ta chaîne, je suis jaloux de ta page d'accueil de blog, mise en pages etc enfin, suis jaloux quoi.

    Bluebird est certainement ma plus belle découverte 2015 grâce à Tribulations d'une vie, qui m'en veut un peu parce que j'ai critiqué les vidéos avec les bonbons, néanmoins c'est grâce à lui.

    Bon et bien voilà je suis passé je laisse un petit mot, parce que il faut encourager les critiques littéraire, et les blogs comme celui-ci ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ;)
      Faut pas être jaloux lol ^^
      Personnellement j'ai aimé Bluebird mais je m'attendais à ce que l'histoire d'amour soit plus développée c'est dommage de ce côté là...
      Merci !!

      Supprimer
  4. Oui c'est vrai mais la suggestion en littérature fait fonctionner l'imaginaire aussi. Mais oui un peu plus approfondir cet aspect là aurait été judicieux, surtout que tout au long du récit il est question de leurs relation.

    RépondreSupprimer