dimanche 4 mars 2018

Chronique : Rêver n'est pas un vilain défaut de Carole Cerruti

Rêver n’est pas un vilain défaut 
Carole Cerruti
(Genre : Comédie romantique)

Editions : City
Prix : 17,50€
Date de parution originale : 24 janvier 2018

Résumé : À bientôt 30 ans, Elisabeth a des rêves plein la tête. Elle aimerait être écrivain, voudrait être un peu moins enrobée et ne plus être l’éternelle célibataire que l’on regarde avec pitié. Mais voilà, elle fait partie des femmes qui passent inaperçues. Trop c’est trop ! Invitée à la soirée de gala des anciens étudiants (qu’elle n’a pas revus depuis 10 ans), elle décide qu’elle n’ira pas toute seule pour ne pas subir les moqueries de ses anciennes camarades. Il lui faut un petit ami, et vite. La seule solution ? Engager un acteur !


  Carole Cerruti est une auteure qui ne m’est pas inconnue. J’ai déjà lu son 1er roman autoédité Twenty Rules que j’avais A-DO-RÉ ! Quand elle m’a recontacté pour savoir si je voulais lire son 2e livre édité tout récemment : j’ai accepté avec plaisir. Encore merci pour ta confiance Carole ! Ce que je peux vous dire, c’est que j’ai vraiment aimé cette histoire. J’ai pris le temps de la savourer comme on savourerait un bon dessert, une belle douceur au chocolat.

  Dès le début on fait la rencontre d’Elisabeth qui rêve d’avoir une vie magique. Cependant, elle se trouve banale, un peu ronde, pas assez bien pour les autres et ne profite pas de la vie. Pourtant, une nouvelle va bouleverser son quotidien insignifiant… son ancienne fac fait une soirée pour les étudiants de sa promotion. Elle qui s’était jurée de revenir avec un métier qui assure, un mari et des enfants, c’est raté. Avec sa meilleure amie Kathleen, elles ont l’idée de payer un homme pour jouer son petit ami. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu.

  Elisabeth m’a beaucoup touché, notamment par sa façon de voir la vie, si négative. Avoir des rêves c’est bien, mais pouvoir les réaliser, c’est encore mieux. Au début du récit, j’avais envie de la secouer et de la réveiller. Grâce à Kathleen et à Damon, elle va évoluer, s’ouvrir aux autres et à sa vie. On la sent certes stressée mais aussi plus elle-même au fur et à mesure. Elle prend enfin le taureau par les cornes, se montre telle qu’elle est et c’est super pour le lecteur. On sent une Elisabeth qui vit sa vie pleinement. Damon est un personnage difficile à cerner. On ne sait pas s’il joue avec Elisabeth ou pas… Pourtant on espère au fond de nous que son métier soit relégué au second plan et qu’il soi lui-même. Kathleen c’est le personnage déjanté que tout le monde adore. Rentre dedans, franche, sur d’elle-même et de son corps. Une badass comme on les aime !

  Si le début est un peu lent, jusqu’à la commande d’Elisabeth et Kathleen, de l’acteur qui l’accompagnera au gala… la suite est bien plus intéressante. Le récit se veut plus dynamique entre les faux semblants et la « vraie » vie du couple. On ne sait jamais qui a des soupçons ou pas. Et tout ce pan de l’histoire dont on devine, qui se construit, est appréciable. Ajouté à cela des chapitres courts et des dialogues qui permettent une fluidité dans la lecture. Le livre se dévore sans que vous vous en rendiez compte.

  L’amour abordé dans cette histoire m’a plu. Premièrement parce que les personnages prennent leur temps. Elisabeth ne tombe pas raide dingue amoureuse de Damon au premier regard. Preuve en est, elle ne sait même pas qui il est. Ce que j’ai aussi apprécié c’est que tout par de Damon. Seuls ceux qui auront lu le livre sauront de quoi je parle. Mais pour une fois, c’est le mec qui se laisse avoir (si je puis dire) et pas la nana. Merci Carole Cerruti d’aller à l’encontre des clichés, ça fait plaisir.

  Enfin, la plume de l’auteur est entrainante, simple, fluide et le texte se laisse lire avec facilité. Quelques longueurs par-ci par-là ne gâchent pas le plaisir de retrouver l’histoire et les personnages. J’ai apprécié cette fin où jusqu’au bout, on ne sait pas s’ils vont vraiment finir ensemble. Je me suis posé pleins de questions et c’est très bon signe. Je vais m’arrêter ici pour la chronique. En espérant vous avoir convaincu de découvrir Rêver n’est pas un vilain défaut de Carole Cerruti. C’est assurément une auteure à suivre ! Encore merci Carole pour ta confiance ;)

Ma note : 8/10.

1 commentaire: