lundi 1 avril 2013

Chronique : L'épouvantail de Olivier Cotte & Jules Stromboni


L’épouvantail de Olivier Cotte & Jules Stromboni. (Genre : BD, Thriller).

Editions : Rivages/Casterman/Noir
Prix : 18€
Année de parution originale : 2012

  .Résumé : « C’est au cours de la même semaine que nos poules furent volées et que Daphnée Moran eut la gorge tranchée. » Ainsi s’ouvre le chapitre le plus sombre de l’histoire de Klynham, petite bourgade paisible de Nouvelle-Zélande, dans les années trente. Pour le narrateur, Neddy, quatorze ans, il ne fait pas de doute que tout cela a un rapport avec l’arrivée de L’épouvantail, le géant magicien, qui s’est lié d’amitié avec le croque-mort alcoolique et libidineux…


 .C’est une BD que j’ai gagné grâce à Vendredi Lecture, que je remercie encore une fois chaleureusement ! La couverture du bouquin, représente parfaitement l’univers que l’on va découvrir au fur et à mesure de notre lecture. Les couleurs sont bien choisies et l’illustration rend le tout intriguant… Un thriller en BD est quelque chose d’original, qui me tardait de découvrir.

 .Mon avis sera bref pour cette lecture. Certes une BD se lit vite, mais je n’ai pas complètement adhéré à l’histoire. Je l’ai trouvé trop obscure, pas assez détaillée sur certains points. De ce fait, on ne peut pas s’attacher aux personnages et à l’histoire. Je pense que le roman original doit être meilleur niveau intrigue, développement des personnages et mise en place de l’histoire. Mais c’est vrai que dans une bande dessinée, tout doit aller vite, pour que le lecteur rentre directement dans le vif du sujet, et surtout pour lui faire comprendre l’histoire.

 .Après ce qu’on regarde principalement dans une BD, ce sont les illustrations, les couleurs utilisées et l’enchaînement des images. J’ai trouvé que les illustrations étaient excellentes, (mais ce n’est que mon œil d’amateur qui parle), elles reflétaient bien l’atmosphère pesante qui se dégageait de l’histoire. Certains dessins sont précis et d’autres m’ont surpris par leurs audaces. Les illustrateurs ont du avoir un travail énorme pour imaginer, pour ensuite mettre sur planche, et pour dessiner. Les couleurs qui ressortent le plus des illustrations sont le jaune, le rouge et le noir. Le jaune de l’espoir, le rouge du sang et le noir des ténèbres… C’est comme ça que j’ai traduit en tout cas, l’agencement des couleurs.

  .C’est une lecture qui se lit très vite, malgré les 120 et quelques pages qui sont présentes dans ce roman. On en prend plein la tête avec ces dessins et si vous êtes avides de BD et du genre thriller, n’hésitez pas ! Surtout si vous n’aimez pas les pavés de 600 pages, ce livre est fait pour vous.

.Ma note : 6,5/10 sur Livraddict.

4 commentaires:

  1. o-read-or-dead-o4 avril 2013 à 06:34

    Ce n'est pas mon genre de livre

    RépondreSupprimer
  2. Je suis plus du genre BD colorée ^^ Et surtout, colorée par des teintes pastels, agréables et douces comme la BD Lou si tu connais ^^ Alors quand je vois la couverture, déjà ça ne me donne pas très envie! Puis le résumé et ton avis renforce ça, je ne suis vraiment pas tentée

    RépondreSupprimer