jeudi 18 juin 2015

Chronique : Invisibilité d'Andrea Cremer & David Levithan


Invisibilité d’Andrea Cremer & David Levithan. (Genre : Fantastique).

Editions : Michel Lafon
Prix : 15,95€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015 (Sortie le 11 juin)
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : Invisibility

  .Résumé :
Stephen est invisible depuis toujours
Une malédiction impossible
Jusqu’au jour où Elizabeth le voit
Elle seule peut briser le sort
Au risque de les séparer à jamais


  .Ce roman, je l’avais repéré en VO par son incroyable couverture et par son résumé accrocheur. Quand j’ai su que les éditions Michel Lafon allaient le traduire, j’ai été ravi. Je l’ai lu en lecture commune avec Momoko de « Mo comme Mordue ». Je dois dire que le travail effectué sur la couverture française est juste magnifique. Je l’adore, plus que la VO, et les futurs lecteurs n’hésiteront pas à se retourner dessus en librairie. Franchement, c’est un roman qui a des défauts. Mais c’est un de ceux où on s’en fout complètement ! J’ai adoré ma lecture.

  .Très vite, on fait la connaissance de Stephen, l’homme invisible. Il nous raconte sa vie, comment cela est arrivé et où il en est actuellement. J’ai trouvé cette entrée en matière intéressante. On rentre directement dans le vif du sujet et j’aime ça. Puis, deuxième chapitre et j’ai été surpris. Aucune indication ne met en avant le fait qu’on change de point de vue. Et on rencontre Elizabeth et sa famille. Au bout de ces chapitres, nos protagonistes se rencontrent et c’est la stupéfaction.

 .J’ai vraiment adoré nos deux personnages principaux. Ils sont totalement opposés dans leur caractère mais se complètent parfaitement. D’un côté on a Stephen, invisible depuis sa naissance. Un garçon de 16 ans qui vit reclus dans son appartement. Qui sort en faisant attention à tout ce qui se passe autour de lui. Il est chétif, cérébral et se pose beaucoup de questions sur lui-même. De l’autre Elizabeth qui est franche et dynamique. Dès leur première rencontre elle n’hésitera pas à bouger Stephen. Je vous avoue que je m’attendais à avoir des personnages adultes. Mais les auteurs ont réussi à bien les travailler et à nous les rendre attachants. Tant Stephen et son côté solitaire qu’Elizabeth et son côté dur à cuire. Il y a aussi Laurie, le frère de cette dernière. Il apporte une touche d’humour et une bouffée d’air frais !

  .Le rythme est incroyablement bon. L’alternance des points de vue permet au lecteur de tourner les pages avec envie. On a envie de savoir ce que pense l’autre personnage, ce qui se passe dans sa vie. De plus les chapitres ne sont pas très longs ce qui apportent une fluidité importante à l’intrigue. Andrea Cremer et David Levithan commencent doucement leur histoire. Pour ensuite l’accélérer et la rendre addictive. Ils mettent en avant les sentiments, l’univers du bouquin et j’ai adoré. C’est une histoire qui ne s’essouffle pas pour notre plus grand bonheur.

  .Là où j’ai été encore surpris c’est par la tournure que prend l’histoire. Je m’attendais à lire une belle histoire d’amour avec une pointe de fantastique. Mais que nenni ! Les auteurs ont développé les deux aspects du roman. Sauf que pour moi ils ne les ont pas assez poussés. La relation entre Stephen et Elizabeth est toute mignonne. On sent une attirance, un lien qui les unit. Mais j’ai trouvé que l’amour qu’il y avait entre eux était mis de côté. Pas assez exploité pour moi. Puis l’univers qui m’a beaucoup plu. Je ne m’attendais pas à le découvrir et je suis resté sur les fesses. Il est très intéressant mais pas assez approfondi là aussi. Ce sont deux bémols que je soulève mais qui pendant ma lecture ne m’ont pas gêné le moins du monde. C’est tellement addictif et bien écrit qu’on s’en moque complètement.

  .Oh mon dieu l’écriture de ce roman est divine. Parce qu’on arrive très bien à identifier les deux styles. Andrea Cremer a écrit les chapitre d’Elizabeth et David Levithan ceux de Stephen. Je dois reconnaître qu’Andrea a une très jolie écriture. Très concise et portée sur les sentiments. Mais celle de David m’a totalement transporté. J’ai adoré les répétitions, les phrases et les mots qu’il a pu choisir. C’était limite poétique et j’avais tellement hâte de le lire… Et là on arrive à la fin et j’ai envie de dire WTF ! C’est quoi cette fin où on est totalement frustré. Si je ne me trompe pas c’est une one-shot en plus ! Ce n’est pas possible de nous faire ça…

  .Bref vous l’aurez compris, j’ai littéralement adoré « Invisibilité » d’Andrea Cremer et David Levithan. Des personnages attachants, un rythme de folie. Même si l’histoire d’amour et l’univers ne sont pas mis en avant comme il le fallait, cela reste tout de même très intéressant et passionnant ! Et une écriture à quatre mains que j’ai adoré au possible. Je pense que si le style avait été banal, ce roman l’aurait été tout autant… Mais ici, ça fait toute la différence !

.Ma note : 8,5/10.

Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

La chronique de Momoko pour cette lecture commune : ICI.

2 commentaires:

  1. J'hésite à me le prendre depuis sa sortie. Avec cet avis, dès que mon porte monnaie ne tire plus la tronche je fonce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh je suis content hihi ! J'espère qu'il te plaira ;)

      Supprimer