mardi 15 mars 2016

Chronique : Cité 19 - Livre 2 : Zone blanche de Stéphane Michaka


Cité 19 – Livre 2 : Zone blanche de Stéphane Michaka.
(Genre : Thriller, YA).

Editions : Pocket Jeunesse
Prix : 17,90€ (Partenariat)
Date de parution originale : 3 mars 2016

  Résumé : Faustine, une adolescente d’aujourd’hui, se retrouve brusquement plongée dans le 19ème siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante… Tandis qu’elle s’enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s’y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu’elle n’est pas la seule à vouloir détruire le simulacre. Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d’autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l’adolescente…


  Je tiens à remercier Stéphane Michaka et les éditions Pocket Jeunesse pour la confiance qu’ils m’ont accordée. Sans eux, je n’aurai pas eu le plaisir de lire le diptyque « Cité 19 ». Vous savez que j’avais adoré le 1er tome (ma chronique) et que j’avais hâte de lire la suite. J’avais encore beaucoup de questions en tête et j’espérais que ce tome 2 comblerait ce manque. Je trouve la couverture très jolie. On voit le contraste entre les deux livres. On sent que ce 2nd opus va être plus sombre… et il l’a été. Au final, j’ai passé un excellent moment de lecture.

  J’ai apprécié que l’auteur reprenne son récit là où il l’avait laissé à la fin du tome 1. J’ai su me replonger dans l’histoire sans souci. Dès le début ça commence fort ! Faustine apprend quelque chose qui va changer le cours de l’histoire et j’ai adoré. On se pose des questions sur ce qu’elle va pouvoir faire et on devient curieux de la suivre dans ses péripéties. L’auteur sait attirer son lectorat dans son histoire et il le fait d’une manière intelligente avec son alternance de points de vue.

  Faustine m’a encore beaucoup plu dans ce tome 2. Je trouve que c’est une fille droite dans ses baskets, qui n’a pas froid aux yeux et qui est déterminée à aller jusqu’au bout. Quand elle a un but elle ne le lâche pas et c’est appréciable. Faustine est aussi très intelligente et sa force psychique est un atout indéniable dans l’histoire. Je n’en dirai pas plus… Sa seule faiblesse serait peut-être qu’elle se laisse parfois aller à ses sentiments. Mais qui ne serait pas influencer à sa place ? Il y a d’autres personnages qu’on suit avec plaisir ou non : Zapruder, Sylvia, Vikram ou Morgane. Chacun porte Faustine dans l’histoire mais elle seule est maître de son destin.

  Attention, vous n’allez pas voir le temps passer ! Le récit possède un rythme phénoménal. Entre l’alternance des points de vue qui rend le récit riche et passionnant. Les chapitres courts qui apportent une fluidité au roman. Les changements autour de Faustine et de son voyage dans le temps amènent le lecteur à se poser beaucoup de questions. Les intentions des uns et des autres titillent notre curiosité. Et on est là à tourner les pages, à être toujours à l’affût d’un indice… un vrai page-turner !

  Ce que j’avais aimé dans le tome 1 se renouvelle avec le tome 2. J’ai complètement été transporté au 19ème siècle, lors de la période du Second Empire. On imagine les lieux, les robes faites de crinolines et les boulevards en travaux. On apprend beaucoup de choses sur la période. L’auteur replace des évènements important du Second Empire et je le répète, j’ai pris un cours d’histoire en me divertissant. Stéphane Michaka a dû faire un paquet de recherches pour rendre son univers si réaliste. J’ai aussi adoré le côté thriller puisque Faustine continue son enquête. Au niveau de la science-fiction, on se rend compte que le voyage dans le temps va beaucoup plus loin. Qu’il y a une vraie recherche pour innover. J’ai adoré ces trois aspects, ils font le charme de « Cité 19 ».

  Encore une fois j’ai adoré le style de Stéphane Michaka. Des descriptions faites dans la subtilité sans alourdir le roman. Des dialogues placés au bon moment pour fluidifier le récit. Tout comme les questionnements de la part des personnages nous permettent d’apprendre plus de choses sur l’univers construit. J’ai été en totale immersion, à être tantôt surpris tantôt pris dans le récit. Et la fin… d’habitude je n’aime pas les fins ouvertes. Mais là, je trouve que c’est fait intelligemment, dans la continuité de l’histoire. C’est assumé et amené comme il le faut. Ça pourra en frustrer plus d’un… mais pour ma part j’essaie de faire travailler mon imagination en tentant de savoir ce qu’il adviendra de Faustine. Je vous recommande fortement ce diptyque ! Un tome 1 solide qui apporte un univers pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Et le tome 2 a le mérite de répondre à toutes nos questions. Alors merci à Stéphane Michaka pour son histoire.

Ma note : 8,5/10.

Merci à Stéphane Michaka et aux éditions Pocket Jeunesse pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire