jeudi 26 octobre 2017

Chronique : Everything, everything de Nicola Yoon


Everything, everything de Nicola Yoon.
(Genre : Contemporain, YA).

Editions : Bayard
Prix : 16,90€ (Partenariat)
Date de parution : 7 juin 2017 (édition spéciale avec les photos du film)
Année de parution française : 2016
Année de parution originale :2015
Titre version originale : Everything, everything.

  Résumé : Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.


  Lors de sa sortie l’année dernière, Everything, everything a fait beaucoup parlé de lui. Je l’avais noté dans ma wish list sans franchir le cap de l’achat. Pourtant, il me faisait très envie, encore plus quand j’ai appris la sortie du film ! Je savais d’avance que je n’irai pas au cinéma sans avoir lu le roman avant. Je remercie chaleureusement Dorothée des éditions Bayard et Mathieu ! Je ne m’attendais pas à recevoir cette belle édition. J’ai été ravie de pouvoir découvrir l’auteur avec son premier roman.

  Madeline Whittier souffre d’une maladie rare. Une forme de déficit immunitaire plus connu sous le nom de maladie de l’enfant bulle. C’est ainsi que nous faisons connaissance de la jeune fille de 17 ans. Elle est contrainte de rester chez elle sans jamais pouvoir mettre un pied dehors. L’auteur nous décrit son quotidien plutôt monotone dans sa maison d’un blanc immaculé où même l’air est filtré afin de sauvegarder la santé fragile de Maddy. Puis, un élément perturbateur vient ébranler sa routine. La maison d’à côté, jusqu’alors inhabitée, vient de trouver une nouvelle famille. Parmi eux, il y a ce jeune tout de noir vêtu, Olly !

  J’ai beaucoup aimé faire la connaissance de Maddy. C’est une jeune fille marrante à l’imagination sans borne qu’elle puise dans ses lectures. Elle arrive à transformer son quotidien banal et habituel en inventant ou transformant les règles d’un simple jeu, en se plongeant dans ses lectures ou encore grâce à ses cours par correspondance. Sa lucidité face à sa maladie ne fait pas d’elle quelqu’un d’aigri et malheureux bien au contraire : elle a su s’adapter à sa condition. Elle est joyeuse et pétillante tout en gardant en tête que certains de ses rêves ne pourront jamais se réaliser si elle veut rester en vie.

  Sa façon de penser va cependant évoluer lorsque son infirmière l’autorise, sans que sa mère soit au courant, à rencontrer Olly. Évidemment, ils devront respecter le protocole pour ne prendre aucun risque de contamination. Mais cette rencontre va distiller un tout autre symptôme dans le cœur de Maddy.

  J’ai adoré ma lecture, très bien rythmée par les courts chapitres. Elle est entrecoupée par des notes, des dessins de Madeline ou encore par ses échanges via internet avec Olly. Malgré le train-train quotidien de Maddy, cela nous permet de bien avancer jusqu’au moment qu’on attend : celui où Maddy va prendre un gros risque ! Là, j’ai retenu mon souffle par crainte de ce qui allait se passer. Nicola Yoon en profite pour faire une révélation que je n’ai pas vue arrivée et les évènements s’accélèrent pour atteindre un final trop mignon.

  La plume de Nicola Yoon est agréable et fluide. Elle permet de facilement s’attacher aux protagonistes à défaut de pouvoir s’identifier à eux.

  Maintenant que j’ai lu ce roman et vu les photos du film qui se trouvent dans cette édition, j’irai forcement le voir. J’ai trop envie de découvrir cette adaptation, vérifier si elle est fidèle au livre. Quoiqu’il en soit, je vous recommande Everything, everything. C’est une lecture divertissante et à l’image de son héroïne : pétillante, malgré le sujet de la maladie pas facile.

Ma note : 8/10

Merci à Dorothée et aux éditions Bayard pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire