lundi 22 avril 2013

Chronique : Le Cid de Pierre Corneille


Le Cid de Pierre Corneille. (Genre : Théâtre, Classique).

Editions : Pocket
Prix : 1,55€
Année de parution originale : 2005

  .Résumé : Dans une Espagne médiévale, héroïque, éclatante, deux jeunes gens se déchirent et s’adorent. Pour laver un affront, Rodrigue tue le père de Chimène. L’honneur et le devoir exigent la vengeance et la haine, mais elle aime éperdument cet assassin.


  .J’avais très envie de découvrir une histoire d’amour impossible, à travers un classique de la littérature française. Une pièce de théâtre, cela pouvait être intéressant et rendre plus vivant les personnages. Mais je n’ai pas du tout adhéré au concept et au style de l’auteur. Je pense que ce livre ne me correspondait pas.

 .L’histoire en elle-même est intéressante. Un amour impossible à cause d’une vengeance et de ce fait une discorde éclate entre nos deux amoureux, Chimène et Rodrigue. J’ai perçu tous les messages que voulait transmettre l’auteur. La vengeance, la trahison, l’amour indomptable, les sentiments qu’on ne peut refouler, la rédemption et le fait que les lois soient parfois mal construites.

 .Mais d’une part, je n’ai pas réussi à m’attacher aux autres personnages, en dehors de Chimène et Rodrigue… Puis j’ai trouvé qu’il y avait trop de personnages et j’avais parfois du mal à repérer qui était qui pour tel personnage. Il me fallait presque à chaque fois revenir au début pour relire la présentation des personnages. Après il est vrai, que c’est une pièce de théâtre qui se lit vite et qui est rythmé parce que beaucoup de choses se passent en peu de temps. Et c’est un point positif. Le contexte historique m’a aussi beaucoup plu et m’a permis d’en apprendre plus sur l’Espagne à cette époque.

  .Ce qui m’a le plus gêné c’est le style de Pierre Corneille. Moi qui ne m’attendais pas à avoir des rimes et des alexandrins j’ai été décontenancé par tout cela et je suis retourné 6 ans en arrière au lycée en cours de français. Je ne critique pas le travail de l’auteur parce qu’il a du vraiment avoir un travail de malade pour réussir à trouver des phrases en alexandrin. Mais c’est juste que je n’ai pas su apprécié son travail à sa juste valeur. Personnellement quand on me dit, alexandrin et rimes, je réponds du tac au tac : « poésie ».

  .Après il est aussi dur de donner son avis sur une pièce de théâtre qui dure à travers les siècles et qui est un pilier de la littérature française. Chacun ses préférences et ses goûts et il en faut pour tout le monde. Je me replongerai dans une pièce de théâtre mais cette fois-ci en prose pour ne pas être décontenancé par l’agencement de l’histoire. Je ne donnerai pas de note parce que je ne m’y connais pas en théâtre et que noter un classique de la littérature ce serait comme noter un Picasso alors qu’on ne s’y connait pas…

6 commentaires:

  1. Ce classique ne me tente pas du tout
    sissilecture

    RépondreSupprimer
  2. Et ben je passe mon tour ^^ Déjà que me lancer dans les classiques, ça me fait légèrement peur vu la complexité parfois des phrases, alors là de la poésie où je ne comprends souvent qu'une phrase sur deux, non merci ! Je ne sais pas si c'est normal, j'adorais faire du théâtre, mais dès qu'il s'agit d'en ire, si c'est d'il y a quelques siècles, ça me tente tout de suite moins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je comprends... essai le théâtre en prose peut être que le lire sera plus facile que le théâtre style poésie :D

      Supprimer
  3. o-read-or-dead-o13 mai 2013 à 04:02

    Je lis très peu de classique

    RépondreSupprimer