mercredi 14 janvier 2015

Chronique : Sans prévenir de Matthew Crow


Sans prévenir de Matthew Crow. (Genre : Jeunesse, Contemporain).

Editions : Gallimard
Prix : 11,90€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015 (Sortie le 15 janvier)
Année de parution originale : 2013
Titre version originale : In Bloom.

  .Résumé : A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère. Lorsqu’on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l’horreur d’être retardé d’une année au lycée, la menace d’une calvitie imminente, la nécessité de retrouver sa plus belle chemise au cas où une pop star lui rendrait visite pour une photo… Mais il n’imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.


  .Lors de la réception du roman, je l’ai mis en haut de ma pile à lire sans savoir de quoi il parlait. Et puis dans un élan de curiosité, j’ai regardé la 4ème de couverture et j’ai vu la phrase « vous avez aimé ‘Nos Etoiles Contraires’. » J’ai de suite eu envie de le lire pour faire le comparatif. Quand une maison met en parallèle deux bouquins, c’est obligatoire de comparer. En sachant, que « Nos Etoiles Contraires » avait été un gros coup de cœur… j’en attendais beaucoup. La couverture est celle de la VO que je trouve adéquat. Malheureusement, si la fin du livre m’a plu, le début m’a laissé de marbre.

  .Alors que John Green nous plonge directement dans la vie d’une personne ayant le cancer, Matthew Crow ne le fait pas. Il va falloir une vingtaine de pages pour que Francis apprenne sa leucémie. Même si le début est différent, la présentation des personnages de « Sans prévenir » est intéressante. L’auteure développe les relations de la famille Wootton et il nous les rend sympathique. C’est donc un bon début.

  .Les personnages cependant, m’ont laissé un peu indifférent. C’est peut-être par leur jeune âge ou alors par le fait qu’ils soient un peu gamins. Je ne saurai expliquer pourquoi, mais je ne me suis pas plus attaché à eux jusqu’à un évènement qui arrivera tard dans le livre. Francis est apparu effacé derrière sa famille, puis derrière Ambre. Je n’ai pas du tout aimé qu’il la suive à la trace comme ça, sans avoir de caractère. Ses sentiments envers Ambre ne m’ont pas paru réalistes. On ne peut pas tomber amoureux comme ça, sans connaître la personne. Et il s’avère qu’Ambre est une jeune fille abjecte qui critique tout sur tout. Même si elle se forge une carapace derrière ce caractère de feu, ce n’est pas un personnage qui m’a plu. Francis est intéressant mais pas assez travaillé. J’aurai aimé en apprendre plus sur ses relations familiales et amicales. Les personnages auraient dû être la force de ce livre, mais jusqu’à la moitié, ça dessert le roman.

  .Le rythme est bon. Même si les chapitres sont parfois longs, il se passe beaucoup de choses. Cela entraîne le lecteur à tourner les pages et à découvrir si l’histoire sera meilleure. Les personnages passent des moments simples de la vie de tous les jours. Des moments qu’on connaît tous et que la maladie rend encore plus important. L’intrigue est bien menée même si elle est parfois tirée par les cheveux. C’est un roman qui se lit vite, mais il n’arrive pas à la cheville de « Nos Etoiles Contraires. »

  .Ce que je regrette affreusement avec ce livre, c’est qu’on oublie totalement que notre personnage principal a une leucémie. C’est tellement dommage d’avoir écarté ce fait. Alors oui, il va à l’hôpital et il prend des cachets. Ensuite, il rentre chez lui pour se reposer. Si la douleur est bien retransmise au lecteur, c’est l’environnement hospitalier, les traitements, la maladie qui n’est pas assez exploité. Après la moitié du livre, j’ai cependant été touché. Touché par les personnages, touché par ce qu’on me racontait, touché par l’intrigue qu’on voit arriver sans pouvoir y échapper. Et j’aurai tellement aimé que la première partie soit aussi touchante que la première. Que l’auteur prenne plus de temps, qu’il installe l’histoire d’amour. Et surtout qu’il aille plus dans la simplicité avec ses personnages.

  .L’écriture de Matthew Crow n’est pas extraordinaire comme celle de John Green. Il n’y a pas de petites phrases qui vous font chavirer le cœur ou qui vous parle. Il écrit simplement et va droit au but. Cela enlève un certain charme au récit. La fin et surtout l’épilogue sont très touchants. Ce qui m’a le plus plu dans le bouquin c’est ça… cette fin qui fait passer des messages. Bravo à l’auteur pour ça. On ne peut donc pas comparer « Sans prévenir » à « Nos Etoiles Contraires. » A vous de voir si vous voulez tenter, mais le début manque de réalisme alors que la fin est hyper touchante.

.Ma note : 7/10.

Merci aux éditions Gallimard pour ce partenariat !

10 commentaires:

  1. Alors étant donné que je n'ai toujours pas lu ni vu Nos étoiles contraires, je pense me dirigé plutôt vers ce roman de John Green plutôt que vers Sans prévenir ;) Heureuse que la deuxième partie t'ai plus convaincu :)
    J'espère que ta prochaine lecture sera bonne :) Bisous :)
    P.S.: j'ai enfin posté ma chronique de Fille des cauchemars ;) si tu veux aller voir. A bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais tu dois lire "Nos Etoiles Contraires" heiiin ! Obligation pour 2015 ;)
      La prochaine est meilleure :D
      Ah je vais aller la voir ! Bisous !

      Supprimer
  2. je viens de l'acheter je pense le lire prochainement

    RépondreSupprimer
  3. J'adore la couverture, mais je ne suis pas sure de me laisser séduire. J'ai peur que l'histoire se rapproche trop de ce que j'ai déjà lu !

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas encore lu "nos étoiles contraires" donc je pense le lire avant quand même pour découvrir un livre sur ce sujet.

    RépondreSupprimer
  5. Totale déception pour ce livre :( ! Moi qui m'attendait à être touchée, à pleurer : rien, nada ! Et pourtant, je pleure tout le temps, c'est pour dire ! Il va revenir dans mon bilan 2015 celui-là, mais pas dans la bonne catégorie ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps comment comparer un livre à TFIOS... ^^ Mais pareil que toi sauf que y a la fin qui m'a touché :)

      Supprimer