jeudi 15 janvier 2015

Chronique : Un garçon si gentil / Les carcérales de Magali Wiéner


Un garçon si gentil / Les carcérales de Magali Wiéner. (Genre : Jeunesse, Drame).

Editions : Milan
Prix : 12,50€ (Partenariat)
Année de première parution : 2010
Année de dernière parution : 2014

  .Résumé : La soirée s’annonce bien pour Rodrigues, ce garçon si gentil : fête de la Musique, bière et rock’n’roll. Et puis ce concert avec Aurélie, qui semble ne chanter que pour lui. Des regards qui s’échangent, l’alcool qui fait du bien, des envies plein les yeux… Une nuit qui tient ses promesses. Rodrigues est heureux. Jusqu’au lendemain matin, où le cauchemar commence…


  .Où comment une couverture ne rend pas du tout service au livre. Telle est la phrase qu’on pourrait clamer. Franchement, en regardant la couverture, je n’ai pas du tout eu envie de m’attarder sur cette histoire. Je pense que si les éditions Milan ne me l’avaient pas envoyé, je serai passé à côté d’une belle tragique histoire. J’ai tellement d’images dans ma tête qui pourraient rendre justice au design du bouquin. Mais ne vous fiez pas aux apparences, parce que ce récit est tellement réaliste qu’il en devient obsédant.

  .Le début est tout en douceur, tout en légèreté. C’est la promesse d’une belle soirée pour notre protagoniste. L’auteure ne prend pas forcément le parti de présenter Rodrigues ou même sa famille, mais on s’en moque. Ici, c’est l’écriture de l’auteure qui nous pousse à continuer. Je dirai même qu’elle ne nous pousse pas, on continue sans s’en rendre compte. On va vite arriver à ce qui se passe dans le résumé pour avoir le plaisir de découvrir une histoire qui s’ancre tellement dans la réalité que ça en devient dérangeant.

  .Rodrigues, notre personnage principal est un jeune homme qui m’a beaucoup touché. Je n’ai cessé d’être à ses côtés durant toute sa galère. C’est un jeune homme sans histoire qui va devoir faire face à tellement de choses. Et puis ses sentiments sont très bien retranscrits par Magali Wiéner. Incompréhension, doute, colère, renfermement, repli sur soi… ça nous touche, ça nous percute et on se sent affreusement mal pour lui. On va apprendre à le connaître au fil des pages. On va s’attacher d’autant plus à lui. Et ça fend le cœur. Je dirai que Rodrigues est vraiment le pion autour duquel tout va s’articuler. Aurélie ne fera que de brèves apparitions, mais je ne l’ai pas du tout aimé. Il y aura aussi la mère de Rodrigues, Wall, Azziz et bien d’autres. Qu’on veuille du bien ou du mal à Rodrigues tous porteront son histoire.

  .Le rythme est quelque chose qui m’a obsédé dans ce roman. Le texte est découpé en plusieurs parties qui retracent la vie, le parcours de Rodrigues. Elles sont de longueur variable mais elles n’empêchent pas l’intrigue d’être percutante et prenante. Les pages, les paragraphes, les phrases, les mots, tout se lit tellement vite. L’histoire est aussi entraînante parce que Rodrigues va subir et faire énormément de choses. On va le suivre chez lui, à la gendarmerie en garde-à-vue, à la prison des mineurs et lors de son passage devant la cour d’assises. Et j’en viens au point le plus important du récit.

  .Je fais des études de droit et je peux vous dire que l’auteure a très bien su transposer la réalité dans son récit. Les procédures, les interrogatoires, la garde-à-vue, la détention, la prison, la cour d’assises… tout est bien expliqué, tout paraît tellement réel qu’on en prend plein la tête. On sent une sincérité, une authenticité dans ce qu’elle écrit. L’auteure transmet des messages sur les victimes, les auteurs d’agression, sur la justice et la prison. Elle met en avant ce qu’on résume souvent par : « ce sera sa parole contre la tienne. » Parce que ce roman c’est ça. On se sent incompris, on doute des choses. On se remet totalement en question, on essaie d’avancer, de se relever et de se battre contre ce qu’on pense être un mensonge ou une vérité selon le point de vue.

  .L’écriture de l’auteure est tellement exceptionnelle ! Elle est percutante, incisive, prend aux tripes, fait accélérer notre lecture. C’est un style qui nous dépasse et qui nous permet de ressentir les émotions d’une manière forte. Des phrases courtes, voir des phrases avec un seul mot. Si la fin m’a permis d’espérer au dernier moment une chose, j’ai regretté qu’elle soit vite expédiée. C’est la seule chose que je pourrais reprocher au roman. Franchement, n’hésitez pas et ne vous arrêtez pas sur la couverture. Ce bouquin est un vrai page-turner qu’il faut mettre entre toutes les mains. Et surtout entre les mains des plus jeunes. Pour leur faire comprendre qu’un dérapage est si vite arrivé.

.Ma note : 9/10.

Merci à Elodie et aux éditions Milan pour ce partenariat !

8 commentaires:

  1. Wahou 9/10! Et un avis vraiment très bien écrit qui ne peut que me donner envie de découvrir ce roman... Même si la couverture n'est vraiment pas à la hauteur... Je me note le titre parce que tu m'intrigues vraiment :)
    Bonne prochaine lecture :)
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oula je croyais que j'avais répondu à ton commentaire ^^ Merci c'est super gentil ! Je te le recommande fortement :)
      Merci bisous !

      Supprimer
  2. C'est vrai qu'en regardant que la couverture on n'est pas vraiment tenté, mais ta chronique a attiré ma curiosité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui il ne faut pas s'arrêter à la couverture, vraiment !

      Supprimer
  3. La couverture n'est pas très belle, c'est sûr mais il me tente un peu, il a l'air sympathique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est exceptionnel ce livre !
      Mais je l'avoue, la couverture est moche ^^

      Supprimer
  4. J'ai lu ce livre et je dois dire que ta chronique correspond totalement

    RépondreSupprimer