jeudi 9 mars 2017

Chronique : Manipulation - Tome 1 : Corbeaux de Juliette Lemaître


Manipulation – Tome 1 : Corbeaux de Juliette Lemaître
(Genre : Dystopie, YA).

Editions : Hachette
Prix : 18€ (Partenariat)
Date de parution originale : 22 février 2017

  Résumé : Liza vit avec sa sœur, à l’écart de la Société. Elle a promis de toujours la protéger, elle, la petite Anna qi n’a jamais su marcher. Mais en quelques heures, leur destin bascule. Anna est capturée par la Milice. Liza n’a pas le choix. Si elle veut revoir sa sœur, elle va devoir quitter le monde qu’elle connaît et entrer dans la Société qui retient Anna prisonnière. Quitte à tomber dans le piège tendu par son président, un homme manipulateur et sans scrupules…


  On m’a vendu ce livre comme un nouveau « Hunger Games ». Pourtant, je suis content de dire qu’à part le début, rien ne m’y a fait penser ! « Manipulation » a son univers bien particulier. Certes totalitaire comme la série de Suzanne Collins, mais on en reste là. La couverture est particulière mais elle ne manquera pas d’attirer le regard dans toutes les bonnes librairies. Un côté mystique qui retient l’attention. Le résumé, je l’avais survolé. Je voulais vraiment découvrir cette histoire sans en connaître beaucoup. Au final, j’ai passé un bon moment. Mais le livre souffre de quelques défauts.

  Tout commence avec un cauchemar d’Anna, et sa sœur Liza vient la consoler. Cela m’a de suite fait penser à Prim qui voyait son nom tiré au sort… et Katniss venant la réconforter. Je me suis posé des questions à ce moment là. Si tout ressemble à « Hunger Games », l’auteur a intérêt d’y mettre le paquet. Pourtant, j’ai continué ma lecture et me suis rendu compte que rien n’était pareil. Certes, on retrouve les codes de la dystopie. Mais Juliette Lemaître a réussi à créer la sienne et n’a pas à en rougir.

  Beaucoup de personnages interviennent dans cette histoire… même un peu trop à mon goût. Si les sœurs sont les protagonistes, 4 autres personnages gravitent autour d’elles : Connor, Jake, Calim et Judith. Et encore je pourrais en citer deux autres. J’ai au départ eu du mal à faire la différence entre Connor et Jake. Peut-être à cause de leurs âges similaires. Mais à force de persévérance, la différence s’est créée et je suis parvenu à les identifier. D’ailleurs ce sont deux jeunes garçons impitoyables, surtout Connor, le président de la Société. Manipulateur, perfide et sûr de son pouvoir… il fera tout pour anéantir la capacité de raisonner des deux sœurs. Parce que ces dernières ont tout appris de la société grâce à leurs défunts parents. Comment elle s’organise, comment elle agit sur ses citoyens et comment savoir réfléchir pour ne pas être manipulé. Liza et Anna sont deux jeunes filles fortes psychologiquement, avec des capacités hors-normes et un sens de la loyauté à toute épreuve. Ce sont de très bons personnages.

  Ce qui m’a le plus peiné c’est le rythme de l’histoire. Jusqu’à la 1ère moitié du roman, j’ai trouvé que c’était assez lent. Juliette Lemaître explique l’histoire de la Société ainsi que ses enjeux. On fait la découverte du récit de la famille des sœurs. Et même si Liza se rend dans la gueule du loup, il ne se passe rien de significatif. Heureusement qu’il y a une alternance des points de vue. Après cette mise en place, tout s’accélère. Des épreuves arrivent, tous comme les révélations, les unes après les autres. On se dit que l’auteur a plus d’un tour dans son sac et j’ai été surpris par tant d’audace. L’addiction et la curiosité font de cette histoire un vrai page-turner.

  L’univers est sympathique à découvrir. On entre dans une société où rien n’est laissé au hasard. Tout est prévu, manigancé, rationné et les habitants sont manipulés dès leur plus tendre enfance. Certaines choses sont prévisibles et c’est dommage. Tout est un peu gros à certains moments. Mais l’auteur s’en sort bien, notamment lors des épreuves dans l’arène. Je dois dire qu’avoir le point de vue de Connor a été quelque chose d’intéressant. En tout cas, les explications sont censées et c’est le principal dans ce récit.

  La plume de Juliette Lemaître est simple. Elle souffre parfois de petites lacunes dans le style ou dans la fluidité des phrases. Mais avec son jeune âge on n’en tient pas rigueur. Je n’aurais même pas été capable de faire le quart de son travail. La fin m’a beaucoup plu. Par contre, je me demande ce qu’il peut bien se passer dans le tome 2. Pour moi, la fin est parfaite comme elle est et conclut bien ce 1er tome. A voir donc… En tout cas, malgré quelques défauts et un tome 1 introductif, l’auteur nous plonge dans un récit prenant rempli de surprises !

Ma note : 7,5/10.

Merci à Myriam et aux éditions Hachette pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire