mardi 25 novembre 2014

Chronique : Le chaperon rouge de Sarah Blakley-Cartwright


Le chaperon rouge de Sarah Blakley-Cartwright. (Genre : Fantastique).

Editions : Michel Lafon
Prix : 15,95€
Année de parution française : 2011
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Red Riding Hood.

  .Résumé (version courte) : Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…


  .Je remercie encore une fois mon binôme Guillaume de m’avoir fait sortir ce livre de ma PAL. Je me souviens que je l’avais acheté il y a un an et demi lors de la vente privée Michel Lafon. Cette histoire m’avait tenté parce qu’elle était une réécriture du conte du « Petit chaperon rouge ». Je voyais quelque chose de sombre, de sanglant et de tout à fait effrayant. La couverture aide aussi à s’immerger dans cet univers et je la trouve très adaptée à l’histoire. Malheureusement même si l’idée d’adapter le film en livre était bonne, le récit souffre de défauts évidents.

  .Ce qui est paradoxal c’est que le début m’a de suite plu. On va être immergé dans un village reclus où un Loup s’en prend aux villageois s’ils ne font pas de sacrifices. L’auteure s’intéresse aux personnages principaux, nous les présente et brosse un bref aperçu de leurs relations. On sent directement que quelque chose ne va pas. C’est cette curiosité qui m’a poussé tout du long à continuer ma lecture. Parce que dans un sens le livre à ses défauts mais de l’autre, on a toujours envie d’en connaître davantage.

  .Le personnage de Valérie m’a plu tout comme celui de Peter, même si je ne me suis pas entièrement attaché à eux. Valérie est un peu l’exclu de sa famille, l’exclu du village, comme si elle était différente. Cependant, même si on sait dès le début qu’elle a un quelconque lien avec la malédiction, on sait qu’elle va se révéler précieuse pour l’histoire. Peter quant à lui, est le personnage qui brille par son absence… je m’explique. Il est mystérieux, se dérobe quand des évènements importants ont lieu, on sent son amour pour Valérie alors qu’il ne doit pas l’aimer. C’est un personnage intriguant qui vous mettra le doute sur son identité jusqu’à la fin du récit. Vient ensuite les amis de Valérie ou encore plus important ses parents et sa sœur, qui joueront un rôle déterminant dans le récit.

  .Ce que je regrette cependant, c’est que le rythme est bon mais le résumé vient le gâcher. En effet, le synopsis de la 4ème de couverture dévoile les deux premières parties du livre. Je vous encourage donc à seulement lire le résumé que j’ai mis dans ma chronique pour ne pas être déçu si le livre vous tente. Mais même si le rythme de lecture est bon, l’intrigue en elle-même est affreusement lente. J’ai eu l’impression de tourner en rond, de me poser sans cesse les mêmes questions. Le fait est que les éléments importants du récit interviennent à chaque fin de partie et c’est assez dommage. A part ces éléments là, il ne se passe rien de bien significatif. C’est dommage parce que je m’attendais à quelque chose de bien mieux à la lecture.

  .Pour le remake du conte en lui-même, il est pas mal mais pas extraordinaire. On retrouve certains éléments comme la cape rouge, la mère-grand ou encore l’irremplaçable « que vous avez de grandes dents »… mais j’ai trouvé qu’ils étaient mal exploités dans le récit. Tout était pour moi un peu confus, un peu désaxé du conte primaire. Je pense peut-être que l’histoire a sans doute été trop réinterprétée pour qu’elle tienne la route. Ou alors à l’inverse pas assez et l’auteure n’a pas su tirer les ficelles qu’elle avait pourtant bien en main. Ce que j’ai par contre apprécié dans le livre c’est l’ambiance sombre et oppressante qui est présente du début à la fin !

  .Pour la plume de l’auteure, je l’ai trouvé très narrative et psychologique bien qu’il y ait quand même pas mal de dialogue. Mais à travers son style Sarah Blakley-Cartwright arrive à nous introduire dans son univers sombre. Cependant, la plume à la 3ème personne dessert le roman. Pour moi elle n’apporte pas une richesse à l’intrigue ou au récit et c’est bien dommage. Peut-être qu’intégrer différents points de vue aurait été plus judicieux. En ce qui concerne la vraie fin qui est disponible sur le site des éditions Michel Lafon, je dois dire que j’ai été vraiment surpris ! Et c’est une fin qui me plaît beaucoup. C’est donc dans l’ensemble un roman sympa mais sans plus, parce qu’il souffre de nombreux défauts.


.Ma note : 6,5/10

12 commentaires:

  1. Intéressant :) Je ne connaissais pas ce roman mais ton avis m'intrigue :) en plus, j'adore les réécritures de contes :) A voir donc :)
    Bonne prochaine lecture :)
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si mon avis t'intrigue c'est l'essentiel ! Après à voir si le roman peut te plaire ;)
      Merci, bisous !

      Supprimer
  2. J'ai lu les contes du royaume, que j'avais bien aimé. Du coup, ton article m'a donné envie de lire cette réécriture!
    Passe de belles lectures ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention cela n'a rien à voir avec "Les contes des royaumes" ^^ Mais tentes et vois si celui là t'intrigue ;)
      Merci à toi aussi !

      Supprimer
  3. Étant donné que j'ai vu le film avant, je me suis assez ennuyé durant cette lecture... Mais j'aime beaucoup l'univers ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je te comprends ! Il faudrait que je regarde le film pour voir ;)

      Supprimer
  4. Comme Milo Dubois, j'avais vu le film avant de lire le livre, mais je ne m'étais pas ennuyé durant ma lecture et j'avais bien aimé !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je regarde le film pour comparer :) !

      Supprimer
  5. J'ai vu le film est j'ai pas été conquise donc je ne sais pas si je lirais le livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le livre est calqué sur le scénario du film, je pense donc pas que tu accrocheras ^^

      Supprimer
  6. J'ai d'autant plus aimé le film au livre,puisque tout simplement j'avais l'impression de lire complètement le scénario de film (même scène, même dialogues...).
    A l'inverse de toi, l'histoire de la fin qu'il faut aller chercher sur internet m'a un peu énervée... Comment font les personnes qui n'ont pas accès à internet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me le demande ahah ^^
      Il faudrait que je me procure le film !

      Supprimer