dimanche 6 mars 2016

Chronique : Le livre des Baltimore de Joël Dicker


Le livre des Baltimore de Joël Dicker.
(Genre : Contemporain).

Editions : Editions de Fallois / Paris
Prix : 22€
Date de parution originale : 30 septembre 2015

  Résumé : Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de « La Vérité sur l’Affaire Harry Québert », sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman.


  Je dois vous avouer que j’avais d’immenses a priori sur ce livre et sur l’auteur en général. Je pensais que cette littérature n’était pas faite pour moi. Que l’histoire que j’allais trouver allait être compliquée. Surtout, que le style de l’auteur ne me conviendrait pas. Une fois que je me suis retrouvé ave le livre en main, je n’ai pas pu reculer. L’avis positif de mon binôme Guillaume (ICI), m’a convaincu que ça pourrait me plaire. En fait, l’aspect du roman m’a donné tous ces a priori. Au final, l’intérieur m’a transporté et ému. J’ai adoré l’histoire comme jamais je n’aurais pensé pouvoir l’apprécier.

  Dès le début, le style de Joël Dicker me plaisait. Même si c’est écrit petit, j’ai vu que j’avalais les pages les unes après les autres. Cela m’a rassuré et j’ai continué ma lecture. L’auteur propose une narration en alternant les périodes dans lesquelles on rencontre notre protagoniste, Marcus. J’ai vraiment adoré cette construction. L’histoire était plus intéressante et plus aboutie. J’ai de suite voulu savoir ce qui allait se passer avec ces deux familles. Surtout qu’on sait dès le départ qu’il y a eu un Drame.

  L’auteur a réussi à nous planter un décor exceptionnel. Dans ce décor, il amène des personnages hauts en couleurs que j’ai adoré découvrir. Ce ne sont pas de simples personnages, j’ai eu l’impression qu’ils étaient vraiment réels. Que si je me rendais à Baltimore, j’aurai pu les rencontrer véritablement. La véritable force de Joël Dicker réside dans le travail de ses personnages. Ils sont approfondis au maximum. De telle sorte qu’il tire en chacun d’eux leurs forces et leurs faiblesses. De telle sorte que le lecteur sache exactement comment untel réagirait à une situation donnée. Je me suis fortement attaché à tout ce panel extraordinaire d’hommes et de femmes : Woody, Hillel, Marcus, Alexandra et leurs parents. Je ne vous en dis pas plus sur eux. Ce sont des personnages à découvrir, à apprécier leur caractère et leur évolution.

  Le roman fait 476 pages, mais je n’ai pas vu le temps passer. L’auteur crée une ambiance autour de cette famille dont on ne peut pas se dépêtrer. On est obligatoirement plongé au cœur du récit et la curiosité autour du Drame nous pousse à continuer. Le roman monte crescendo. Joël Dicker remonte aux prémices de ce qui a forgé les deux familles. A l’origine de la rencontre entre Woody et Hillel et de leur amitié. On pourrait penser que toutes ces explications forment des longueurs… mais pas du tout. Bien au contraire, on est tellement impliqué dans les différentes temporalités qu’on oublie le présent. Les explications deviennent donc le ciment pour nous permettre de comprendre les évolutions des personnages.

  Là où l’auteur fait fort, c’est qu’il raconte une réelle histoire de A à Z. Comme je l’ai dit précédemment, comme si la famille Goldman avait vraiment existé. A travers le récit, on trouve des messages très intéressant. Le livre parle de harcèlement scolaire, de violences faites aux femmes, de jalousie, d’amitié, d’amour. Mais le message le plus important : regarder ce qu’on a chez soi avant d’être contemplatif de ce qu’il y a chez les autres. Tous les enfants sont admiratifs de ce qu’ils n’ont pas. Mais en grandissant on se rend compte qu’on est bien mieux chez nous qu’en face. C’est ce que je retire de ma lecture. Les émotions sont aussi beaucoup présentes : j’ai ri, j’ai failli pleurer par la tristesse et la dureté de certains passages. Et puis toujours cette curiosité par rapport au Drame.

  Le style de Joël Dicker est accessible à n’importe qui. Ses descriptions des lieux, des personnages, de l’atmosphère de cette famille sont très bien faites. C’est un auteur qui a un vrai talent de conteur. On se sent absorbé dans le récit. On a toujours envie d’y retourner même si on sait que l’histoire finira par devenir triste. La fin est vraiment très bien trouvée. Je l’ai adorée ! Toutes ces explications sur la famille, les envies des uns et des autres, les complications qu’il peut y avoir. Cette jalousie maladive et excessive, cette fraternité, ces mensonges. Un véritable roman sur une période de vie, de doutes et de révélations. Je vous recommande vivement ce livre qui se révèle être pour moi, une très bonne surprise.

Ma note : 8,5/10.

4 commentaires:

  1. Je suis super content qu il t ait plu !!

    RépondreSupprimer
  2. J'adore cet auteur et Le livre des Baltimore a été un immense coup de cœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! C'est cool de voir que ce livre plait à pas mal de monde :)

      Supprimer