jeudi 5 novembre 2015

Chronique : Ce que je sais (enfin !) de Carrie Hope Fletcher


Ce que je sais (enfin !) de Carrie Hope Fletcher. (Genre : Mémoires, Développement personnel).

Editions : Albin Michel
Prix : 15€ (Partenariat)
Année de parution française : 2015
Année de parution originale : 2015
Titre version originale : All I know now.

  Résumé : J’ai foncé tête baissée dans les galères que rencontrent toutes les adolescentes : le harcèlement, les garçons, la pression des aînés, les amis, les ennemis, les amiennemis… Et quand je vous regarde, vous qui êtes en train de vivre toutes ces choses, j’ai l’impression d’être coincée du mauvais côté de l’écran d’ordinateur… mais ça, c’était avant !


  Voilà une chronique que je vais bien avoir du mal à rédiger. « Ce que je sais (enfin !) » sort des sentiers battus dans ce que j’ai l’habitude de lire. Quand on m’a proposé sa lecture, j’ai dit oui parce que je pensais que ça pouvait être une lecture enrichissante. La couverture identique à la VO, ne détonne pas et je pense qu’elle attirera en librairie. Pour l’histoire, je savais que Carrie Hope Fletcher allait relater son histoire en apportant ses conseils. Je n’ai donc pas été surpris. Au final, même si je suis en accord avec ce qu’elle dit dans son bouquin, je n’ai pas été conquis. Je vous explique pourquoi.

  Ce qui est paradoxal c’est que dès le début j’ai bien accroché au livre. L’auteure organise sont roman comme une immense pièce de théâtre. Et comme c’est son métier (actrice), ça se comprend parfaitement. Le 1er gros thème correspond aux amis qu’on peut se faire en entrant à l’école. Et bien sur de toutes les angoisses qu’on peut avoir pour aborder des personnes qu’on ne connait pas. Peut-être que j’ai été touché par ce sujet parce que j’ai réellement vécu ça… et je le vis encore parfois même si je prends sur moi. Mais au fil de ma lecture et des sujets, j’ai peu à peu décroché. Comme si le livre n’était pas fait pour moi.

  Je pense sincèrement que je ne suis pas le public visé pour ce bouquin. J’ai 24 ans, j’ai fini mes études et je suis un garçon. Même si les sujets abordés sont dans la globalité pour les deux sexes, j’ai tout de même ressenti ce côté féminin, girly, qui ne m’a pas fait envie. J’avais du mal à retourner à ma lecture. Je pense aussi que j’aurai organisé le livre d’une manière différente, pour le rendre plus dynamique et plus vivant. Même s’il se lit vite parce que les parties sont courtes, je l’aurai pensé autrement. Après même si on s’attache un peu à Carrie par ce qu’elle a vécu, je suis sur que le livre aurait été plus percutant et plus émouvant si elle avait raconté son passé en détail comme une vraie histoire. Et qu’ensuite, elle avait donné ses conseils pour sortir de ces mauvaises passes.

  Les thèmes abordés sont divers et variés : les amis, le harcèlement, l’amour, le collège, internet, la pression, le respect, les premières fois… Comme je l’ai dit plus haut, j’étais d’accord avec la plupart des choses qu’elle conseillait. Pourtant, j’ai trouvé que Carrie idéalisait trop le monde dans lequel on vit. A chaque problème, il y a pour elle une solution. Je pense personnellement que c’est plus compliqué que ça. Tout le monde n’aura pas sa franchise ou son audace pour faire bouger les choses. Et même si ces personnes lisent ce livre, ça pourra peut-être les aider à se sentir moins seules… mais combien d’entre elles oseront aller de l’avant (je pense notamment au harcèlement scolaire). Chaque personne est différente et chaque personne agira différemment. Peut-être ai-je le recul nécessaire pour prendre de la hauteur pour ce bouquin. Je ne sais pas mais en tout cas, si les conseils de Carrie sont bons, les adolescents ne vont pas attendre de l’acheter pour grandir et se forger leur opinion.

  Son style m’a aussi dérangé, c’est peut-être en parti pour ça aussi que je n’ai pas tant accroché. J’ai eu l’impression que lorsqu’elle racontait sa vie et qu’elle donnait ses conseils, elle balançait ses explications comme ça, telle l’artiste qu’elle est. Ce n’est pas une plume qui m’a chamboulé et c’est dommage. Le témoignage de sa vie aurait pu être plus percutant. Voilà, je ne sais pas quoi dire d’autre sur ce bouquin. Je pense qu’il plaira à un public assez jeune, pour les 12-16 ans. Je n’ai pas accroché et c’est seulement mon avis, il y a des chroniques anglaises très élogieuses sur le roman. A vous de voir si vous voulez tenter l’expérience.

Ma note : 6/10.

Merci aux éditions Albin Michel pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire