dimanche 24 juin 2018

Chronique : Les Silences d'Amélie Antoine

Les Silences 
Amélie Antoine

Editions : Le livre de poche
Prix : 7,90€ (Partenariat)
Date de parution originale : 7 mars 2018

Résumé : Édouard Bresson est l’humoriste préféré des Français. Le moindre de ses spectacles se joue à guichets fermés. Mais, à chaque tournée, au premier rang, une place reste désespérément vide. Et, à chaque fois, son cœur se déchire un peu plus. La France entière l’adule et l’envie. La France entière, sauf son fils, qui ne vient jamais l’applaudir, parce qu’il le déteste de l’avoir négligé toute son enfance. Que faire quand on réalise qu’il est peut-être désormais trop tard pour rattraper ses erreurs ? Imaginez un homme qui a tout, absolument tout pour être heureux. Sauf l’essentiel.


  Je tiens à remercier Amélie Antoine de m’avoir contacté pour l’envoi de ce livre. Je n’avais jamais lu ses histoires même si j’ai entendu parler de son 1er roman à succès Fidèle au poste. Ici, je ne savais pas trop à quoi m’attendre à part un récit assez triste. C’est donc sans appréhension et avec une certaine curiosité que j’ai entamé le livre ! Au final, je suis ressorti surpris, déboussolé et content de ma lecture.

  Le récit s’ouvre sur le dernier spectacle d’Edouard Bresson, humoriste de renom. C’est une personne qui a su s’imposer dans ce monde et Edouard est la personnalité la plus adulée des français. Pourtant, il se passe un événement tragique qui va changer la donne… la disparition de cet humoriste. Coup monté ou vérité vraie… c’est à travers les yeux de son fils que nous allons le découvrir.

  Edouard et son fils Arthur ne se sont jamais trouvé. Un père trop absent, un fils qui n’avait pas plus d’intérêt que ça pour la scène. Arthur en est venu à détester Edouard et son métier… au point de ne plus se parler, ou si peu. Cette relation m’a bouleversé et déchiré. Je me mettais à la place d’Arthur, ressentais sa haine et son antipathie pour son père. D’un autre côté, la voix d’Edouard qui nous murmure qu’il a essayé de renouer… mais qu’il est trop tard. Deux personnages attachants à leur manière. On essaie de les appréhender et de les comprendre. Ce que j’ai aimé, c’est cette quête d’identité du père d’Arthur. Ce dernier va découvrir LE vrai Edouard.

  C’est un roman qui se lit très bien, avec une belle fluidité grâce aux événements narrés. Il se passe toujours quelque chose, on fait toujours une découverte sur la vie d’Edouard, à travers les yeux d’Arthur. Je n’ai pas cessé de me poser cette question : Edouard est-il réellement parti ? Parce qu’à force de mettre tout en scène comme le dit son fils… peut-être a-t-il mis en scène sa disparition. Et que son fils est là, pour le retrouver à la fin, en ayant appris à le connaître. Tout ce passé, enterré par Edouard, va refaire surface. On ne sait pas si c’est pour le bien d’Arthur, mais en tout cas, cela aura le mérite d’éclaircir les choses. Et peut-être que le fils qui pensait être dans l’oubli, changera d’avis sur son père qui avait une vie torturée.

  Amélie Antoine écrit vraiment bien. Elle réussit à transmettre des émotions à son lecteur et ce n’est pas facile. On finit le roman avec un sentiment de boucle bouclée et c’est très salvateur. N’hésitez donc pas à vous le procurer. Vous passerez un bon moment malgré des thèmes assez durs et des événements difficiles pour les personnages.

Ma note : 8/10

Merci à Amélie Antoine et aux éditions Le livre de poche pour ce partenariat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire