dimanche 24 février 2013

Chronique : Juste un coin de ciel bleu de Gilbert Bordes



Juste Un Coin de Ciel Bleu de Gilbert Bordes. (Genre : Aventure, Contemporaine).

Editions : Robert Laffont
Prix : 19,30€ (Emprunt Famille)
Année de parution originale : 2006

   .Résumé : Ses parents ne pouvant s’occuper d’elle, la petite Clothilde, onze ans, se retrouve sous la garde de sa grand-mère, une femme cassante et aigrie. Son seul ami est le voisin, Aurélien, un aveugle bourru qui s’est pris d’affection pour la petite fille pétillante. Lorsque le vieil homme entreprend se de rendre à Lourdes avec son ami François dans l’espoir d’un miracle qui lui rendrait la vue. Clothilde décide d’être du voyage… Le vieillard atrabilaire, son ami alcoolique et la petite fille au caractère bien trempé se lancent dans l’aventure. Les trois comparses, pour atteindre leur objectif, vont devoir surmonter des épreuves qu’ils ne soupçonnaient pas, comme la faim, le froid – et même la clandestinité, car les deux hommes sont recherchés pour enlèvement. Leur périple sera aussi fait de rencontres, de rêves et d’amitiés, de vérité. Au-delà de la solitude, et de tous les maux…


    .C’est un livre que je ne pensais pas du tout lire ! A vrai dire, je l’ai découvert le weekend dernier dans la table de chevet de ma maman, et ma grand-mère m’a dit que c’était une belle histoire. Elle m’a convaincu de le lire et je la remercie. Effectivement, c’est une belle histoire qui se lit vite et on s’attache facilement aux personnages. La couverture m’a aussi intrigué, cette belle petite fille aux yeux bleus qui parait si triste… Alors me voilà partie dans un roman qui est ni fantastique, ni bit-lit, ni dystopique.

   .Après avoir eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, à cause de la profusion des personnages et de la mise en place de l’intrigue, on s’éprend de ce roman. On nous présente l’histoire de Clotilde et d’Aurélien. Clotilde est une petite fille, qui va à l’école, dont les parents sont séparés et qui va devoir aller vivre chez sa grand-mère. Son père étant alcoolique et sa mère qui vit chez Alain, son nouveau compagnon, ne peut pas l’accueillir. Aurélien lui, est un homme âgé et aveugle, il vit dans un petit village et il est le voisin des grands-parents de Clotilde et a un penchant pour le vin. Il a un sale caractère mais n’est pas méchant et joue du piano pour faire transparaitre ses émotions. Une fois les bases posées par l’auteur, tout va très vite. Clotilde qui est laissée par sa mère chez sa grand-mère commence à se sentir malheureuse et fait les 400 coups. Elle invente des histoires dans le jardin pour se rassurer et se sentir plus forte. Puis elle rend visite à Aurélien, maintenant devenu son voisin, après l’avoir entendu joué du piano. Aurélien n’est pas habitué à avoir beaucoup de visite, mais bizarrement la visite de la jeune fille ne le dérange pas, parce que cette dernière n’a pas peur de lui et de ses yeux blancs à cause de sa cécité. Suite à des évènements différents, nos deux personnages vont décider de prendre leur vie en main et vont se retrouver embarquer dans un voyage avec beaucoup de surprises.

   .Une fois que cela est mis en place, on va avoir d’un côté, la famille de Clotilde avec ses grands parents, ses parents. Puis Clotilde seule, qui se demandera si elle a bien fait de fuguer. Et enfin, Aurélien et François, partant pour Lourdes en camionnette.

   .Il faut que je vous parle des sentiments et de l’évolution des personnages tout au long de l’histoire. On sent que l’auteur a voulu miser sur cela et ça marche. Clotilde en veut à la terre entière, elle se sent seule, délaissée et voudrait qu’on s’occupe mieux d’elle. Au fil du roman, elle va prendre en maturité. Elle m’a beaucoup fait rire par son répondant et son franc parlé. Elle se rend compte que peut être, fuguer n’était pas la bonne solution, mais comme elle est têtue, elle décide d’aller jusqu’au bout de son expérience. Aurélien lui est peut être le personnage qui change le moins. Certes il décide de retrouver la vue par un miracle. Mais plus l’échéance approche, et plus il se rend compte que le monde qui l’entoure lui fait peur, et que finalement dans son monde sombre il se sent en sécurité. Il apprécie la vie telle qu’on a souhaité lui donner.

    .Les personnages qui changent le plus sont les parents de Clotilde : Danielle et Jean-Paul. Danielle tout d’abord, se rend compte à quel point elle a été égoïste. Elle a voulu privilégier son rôle de femme, et non son rôle de maman. Elle a voulu penser à son bonheur, à cause de toutes les années qu’elle a vécu avec Jean-Paul, qui n’étaient pas faciles. Avec Alain, si différent de son ex, elle revit et se sent bien. Mais elle va se sentir coupable de la fugue de Clotilde, se rendant compte qu’elle a été lâche, et cette histoire va la faire mûrir. Elle va se rendre compte des priorités que la vie a à lui offrir. En ce qui concerne Jean-Paul, il boit beaucoup et cela s’est accentué après le départ de Danielle. Mais la fugue de sa fille, va lui faire prendre conscience qu’il peut être courageux et que la volonté peut finir par l’emporter sur la boisson. Grâce à la disparition de sa fille, il arrête de boire et se sent mieux. Il regrette tout le mal qu’il a pu faire à Danielle et à sa fille. On sent forcément que ce papa est seul et surtout qu’il est encore amoureux. Il va faire des choix et des concessions, chose qui surprend son entourage. Mais lui veut se racheter et veut surtout le bonheur de sa fille.

    .Bref, un roman qui vous prend par les émotions. Le style de l’auteur se lit bien et son écriture, ses mots, sont bien choisit pour amener le lecteur à ressentir les sentiments des personnages. Des rebondissements aident le récit à avancer, mais toujours dans la continuité de l’histoire. Une fin à laquelle on ne s’attend peut être pas, mais où tout le monde semble avoir trouvé ce quelque chose, qui fait qu’on peut avancer dans la vie. Si vous voulez passer un bon moment, je vous le recommande.

.Ma note : 7,5/10 sur Livraddict.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire