vendredi 1 mars 2013

Chronique : Si douce sera la mort de Charlaine Harris


Si douce sera la mort de Charlaine Harris. (Genre : Thriller).

Editions : J’ai Lu
Prix : 8,90€
Année de parution française : 2012
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Sweet and Deadly.

   .Résumé : La chaleur du Mississipi est étouffante, les insectes grouillent. Catherine Linton, vingt-trois ans, s’entraîne à tirer sur des cannettes devant une cabane. Elle est interrompue par une odeur pestilentielle. Une main dépasse de la porte, celle du cadavre ensanglanté d’une femme… l’infirmière de son père. Cette fois, le shérif de Lowfield la croira quand elle lui dira que ses parents ne sont pas morts accidentellement six mois plus tôt. La petite ville paisible où Catherine a grandi risque de devenir l’endroit où elle mourra si elle n’éclaircit pas les secrets qui pèsent sur sa famille…


   .C’est un roman qui m’avait plu par sa couverture et par son résumé ! Une couverture mystérieuse avec une jolie femme aux yeux gris, j’ai adoré. Et un résumé qui laissait envisager une enquête policière intéressante… Tout était réuni ! J’ai apprécié ce livre mais quelques petits défauts sont à évoquer.

   .L’histoire commence avec Catherine, (personnage principal), qui est partie faire du tir un matin, sur les terres qu’elle a hérité à la mort de ses parents, dans un accident. A la suite d’une odeur pestilentielle, la séance de tir est écourtée et c’est là qu’elle découvrira la main, puis le cadavre d’une femme qui a sans doute été assassinée. Après s’être rendu au commissariat pour faire sa déposition, notre héroïne amène le shérif sur les lieux du crime, et c’est là qu’elle apprendra que la personne décédée, est l’ancienne infirmière (Leona) qui travaillait avec son père (qui était docteur). Notre charmante protagoniste essaie alors de rassembler les pièces du puzzle, et semble croire que l’accident de ses parents et le meurtre de Leona sont liés.

   .Pour les points négatifs : ce qui m’a déplu, c’est que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Certes le cadavre est vite découvert, mais l’enquête policière est mise de côté. On suit la vie de Catherine, sa routine, ses peurs et ses réflexions, mais le cheminement de l’enquête policière n’est pas mise en avant. Ce qui a été un peu dérangeant, c’est la narration qui est à la 3ème personne donc, j’ai eu du mal à m’attacher à Catherine. J’ai senti une distance entre elle et moi, quand je lisais le roman et c’est ce qui m’a déplu. Bien sur, on connait sa vie affective, sociale, dans quoi elle travaille, ses envies, mais je n’ai pas pu dépasser ce narrateur omniscient à la 3ème personne ! Ce qui est aussi un point négatif, c’est que l’action ne commence vraiment qu’à la moitié du roman et comme il fait à peine 247 pages, je me suis demandé si l’auteure allait avoir le temps, de mettre en place des rebondissements et son intrigue. J’ai aussi été dérouté par tous les personnages secondaires (10 je crois) qu’il y a dans cette histoire. Je me disais souvent « alors c’est qui celle-là, c’est qui celui-ci ? » Surtout quand ils sont abordés une fois, qu’ils lâchent une info et qu’on ne les revoit plus de tout le roman… c’est limite. Donc difficile de mémoriser les noms !

   .Pour les points positifs : une fois que l’intrigue est lancée, l’auteure sait nous tenir en haleine avec les découvertes et les indices qu’elle sème petit à petit. Ce qui est intéressant, comme le fait remarquer Catherine, c’est que toutes les personnes de Lowfield (ville du roman) se connaissent, alors on a l’impression que tout le monde pourrait être le coupable. On ne sait pas sur quel pied danser, et on en vient à soupçonner l’insoupçonnable… La plume de Charlaine Harris est d’un style particulier, qui sait nous mettre en pression dans les moments où il faut l’être. Même si la narration est à la 3ème personne, dans les situations importantes les émotions et les sentiments de Catherine me sont parvenus. Je l’ai alors senti, seule, désespérée, troublée, anxieuse, stressée, déterminée et surtout forte de caractère. Malgré tous les incidents qui viennent perturber sa vie, elle fait bonne figure dans son voisinage pour montrer qu’elle ne se laisse pas impressionner. Elle est aussi d’une franchise qui va lui permettre de se mettre hors de cause, parce qu’elle aussi est soupçonnée… Surtout qu’un autre meurtre arrivera à un personnage secondaire important, et se retrouver deux fois au mauvais endroit, au mauvais moment ce n’est pas évident ! Le point positif de ce roman ce sont les commérages entre voisins qui nous embrouillent l’esprit. Chacun cherche à fouiner et à faire sa petite enquête. Mais celle qui fait le plus gros de l’enquête et qui va découvrir le vrai coupable, c’est Catherine. En cherchant avec Randall, le patron de son boulot, elle réussira à remettre ses idées en place, et à trouver qui est le criminel et pourquoi il agit. Quand j’y repense, les indices étaient sous mon nez et je n’ai rien trouvé !

  .Une bonne fin même si elle se déroule un peu vite à mon goût. J’ai trouvé que Catherine s’en sortait un peu trop facilement, même pour une experte en tir… Ce qui est positif, c’est que tout nous est expliqué dans les détails et on sait vraiment pourquoi le coupable a agit. Et j’ai trouvé la raison pitoyable, c’est ce qui m’a un peu gêné vers la fin ! Si vous lisez ce roman vous comprendrez ^^ Finalement, après un début dur au démarrage, l’intrigue est bien ficelée et Charlaine Harris, de part son style d’écriture, nous rend curieux de savoir la fin. Et c’est une fin heureuse pour Catherine, qui va pouvoir enfin profiter de sa vie. L’histoire en elle-même est bien trouvée et Catherine est une héroïne pleine de sang froid. Mon avis est mitigé et ma note, aurait été plus haute, si le début avait été moins long. Mais d’autres personnes ont trouvé ce roman plus intéressant, je vous invite à lire d’autres chroniques.

.Ma note : 6,5/10 sur Livraddict.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire