vendredi 1 mars 2013

Chronique : Pierre et Jean de Guy de Maupassant


Pierre et Jean de Guy de Maupassant. (Genre : Classique).

Editions : Pocket
Prix : 3€
Année de parution originale : 1998

   .Résumé : Pierre, médecin, ne comprend pas pourquoi un ami de sa famille a légué sa fortune à Jean, son frère cadet. Au terme d’une véritable enquête policière, il mettra au jour un terrible secret. Le quatrième roman de Maupassant, publié en 1888, est sans doute le meilleur. Le récit, qui tient à la fois de l’étude naturaliste et de l’analyse psychologique, s’appuie sur une intrigue simple et forte. « Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même », Guy de Maupassant.


   .Voilà un classique que j’avais du lire quand j’étais au collège. Me sentant d’attaque pour reprendre ce genre littéraire petit à petit, il m’a été conseillé lecture-de-livres et je la remercie beaucoup ! J’ai apprécié cette histoire qui souvent devient vraie malheureusement… La couverture n’est pas super, mais ça ne m’a pas rebuté pour commencer ce livre. Et l’écriture à la 3ème personne n’enlève en rien le charme de cette lecture.

   .Pierre est le personnage qui change le plus au fil de l’histoire. On le sent troublé et tourmenté par cet héritage douteux qui tombe du ciel. Il se pose beaucoup de questions, et à force de parler avec des gens qu’il côtoie, il en viendra à une hypothèse folle mais qui peut se révéler être vraie. Pierre se sent exclut de sa famille et de tout ce qu’il s’y passe. Il va se sentir aussi jaloux par rapport à son frère, ne comprenant pas pourquoi cet ami ne lui a pas légué à lui aussi une part de l’héritage. Il va chercher, creuser au plus profond de ses souvenirs les liens qui unissent cet homme à sa famille depuis le commencement. On le croit par moment fou, capable de faire du mal à sa propre famille mais il réussi à se raisonner, et à se dire qu’il dérive tout simplement. J’ai ressenti une réelle mise à l’écart volontaire de sa part, ne se sentant plus en confiance dans son foyer. Il devient obsédé par cet héritage, voulant comprendre le pourquoi du comment. Toute la journée, toute la nuit ses pensées ne tournent qu’autour de cela. Mais il a peur que l’hypothèse qu’il entrevoit soit vraie, ce qui pourrait déshonorer sa modeste famille. Pierre se fera alors plus discret, d’un garçon dynamique il se repliera sur lui-même devenant agressif et mal luné.

   .M Roland, le papa, est le personnage qui change le moins. Cet homme est dans son monde, ne voyant pas ce qui se trame sous son propre toit. C’est un benêt et un simple d’esprit qui profite de ce que la vie a pu lui offrir. Jusqu’à la fin du roman, il n’aura joué qu’une partie infime dans cette histoire. Il ne sera jamais mis au courant de la vérité et on peut comprendre pourquoi. Jean et Louise, vont évoluer petit à petit, après la moitié du roman. Quand on aura leur point de vue, on pourra constater que d’une part Louise a perçu l’attitude de son fils Pierre, et essai de faire bonne figure devant lui. Elle sera troublée par son comportement, ne sachant pas comment réagir. Quand à Jean, c’est quand il apprendra la vérité sur cet héritage, qu’il va se montrer plus à l’écoute de sa mère et à son service pour l’aider à surmonter cette triste vérité. Mais il ne change pas radicalement comme a pu changer son frère. Pour lui l’héritage est quelque chose de merveilleux pour sa famille modeste. Mais Louise aurait-elle un secret bien gardé depuis toutes ces années ? On ne sait pas vraiment puisque la plupart du temps nous n’avons que des hypothèses de Pierre et on ne sait pas si elles sont véridiques.

   .C’est un roman que dans lequel j’ai apprécié me replonger après toutes ces années. En le lisant, je me suis dit que cette histoire d’héritage arrive parfois au sein des familles. La plupart du temps, les frères et sœurs se battent pour de l’argent et ne se reparlent plus, parce qu’ils se sont engueulés et brouillés. C’est une histoire qui nous fait réfléchir sur les valeurs de la vie et sur la moralité des gens. L’argent dans cette famille, n’a fait que tout détruire, et n’a pas apporté le bonheur qu’on aurait pu espérer. Il n’a amené que de la jalousie, de la haine, de la rancœur et des déceptions. Même si une faute d’un membre de la famille est toujours blessante, il faut apprendre à l’accepter avec le temps parce que la famille est importante.

   .On peut se dire que s’il n’y avait pas eu cette faute, rien de tout cela ne serait arrivé. Mais la personne qui a commis cette erreur nous explique parfaitement pourquoi elle l’a faite. Et ce que j’ai trouvé admirable, c’est que pour rien au monde elle ne regrette son geste. C’est une fin triste que nous apporte l’auteur. Le déchirement de voir partir un fils qui comptait beaucoup au sein du foyer, même si les mots et l’expression des sentiments n’étaient pas au rendez-vous. Je pense que la moralité de cette histoire est que peu importe les erreurs commises dans le passé, ce qui est fait est fait, et il faut apprendre à pardonner avec le temps.

   .Tous les membres d’une famille sont importants et chacun doit être aimé de manière égale. C’est ce qu’on peut ressentir dans les dernières lignes écrites par l’auteur. On sent que même si Pierre a changé, Louise aimera son fils comme au commencement de sa vie, comme avant cet héritage qui l’a détruit intérieurement, et c’est le plus important. Guy de Maupassant a un style qui se lit bien avec une profondeur dans son écriture. J’ai senti que chaque mot était réfléchi et apportait un sens à l’histoire. Si vous voulez lire une belle histoire emprunt de moralité je vous le recommande !

.Ma note : 7/10 sur Livraddict.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire